Médiateurs professionnels, profession pour l’altérité et la liberté de décision

Médiateurs professionnels, profession pour l’altérité et la liberté de décision

Cette année à côté de Beaubourg, les médiateurs professionnels ont créé une nouvelle fois un évènement extraordinaire, au cœur de Paris : ateliers, débats, musique, œuvres collectives… Même un flash-mob, le 16 octobre, annoncé sur France Info.

De nombreuses organisations étaient représentées : des salariés et des décideurs de sociétés privées et administrations s’étaient donné rendez-vous. Les moments ont été forts et instructifs : la transmission de la présidence de la CPMN entre Jean-Louis Lascoux et Henri Sendros-Mila n’a laissé personne indifférent. Les échanges entre pratiques concurrentes, avec des invités du CMAP, de Technologia, de Syndex, qui ont associé leur aimable participation, et la légèreté, avec chorale et tours de chant, ont été édifiants. Chacun comprend tout l’intérêt de cette méthode rigoureuse dispensée exclusivement par l’EPMN.

Globalement, l’événement de la médiation professionnelle a été une métaphore : « Face à la dramatisation, fortement présente dans le système judiciaire, promouvoir la légèreté et savoir la mettre en scène ». C’est l’un des messages forts que de nombreux professionnels du droit ont pu apprécier cette année encore : juges, avocats, notaires et huissiers, venus pour certains participer aux débats, pour d’autres recevoir leur nouveau diplôme : le certificat d’aptitude à la profession de médiateur, le CAP’M.

Parmi ces juristes, signalons notamment le président du TGI de Béthune, Thierry Hanouet, et maître Benjamin Ingelaere, un confrère, qui ont reçu tous les deux un « Espoir de la Médiation professionnelle 2014 », et maître Dominique André, notaire dans les Hauts-de-Seine, venu représenter sa consoeur maître Laurence Torre.

L’internationalisation a été confirmée cette année encore : des médiateurs professionnels venus de plusieurs pays : Espagne, Portugal, Suisse, Belgique, Luxembourg, Côte d’Ivoire, Cameroun, Togo…

C’est clair, les médiateurs professionnels sont de plus en plus nombreux et le nouveau président de la CPMN affiche une ambition numérique encore plus importante pour les dix prochaines années. En effet, les médiateurs professionnels offrent leurs services dans un domaine essentiel, mais délicat : celui des relations. Pour une société de communication, ils sont devenus incontournables, notamment face à l’amateurisme qui doit céder le pas. Nous ne sommes plus aux déclarations de bonnes intentions et au mélange des genres. La voie tracée par cette organisation est exigeante et c’est aussi rassurant quant à la qualité des services des professionnels qu’elle représente.

Les médiateurs professionnels, dont la seule organisation est la CPMN, démontrent le caractère incontournable d’un authentique changement de représentation. Ils témoignent qu’il est possible d’intervenir autrement qu’en animant et gérant les affrontements. Ils sont la profession dont la mission consiste à aider les personnes à sortir de l’adversité et prévenir la dégradation relationnelle. Ils sont les tiers de confiance pour développer la qualité relationnelle. Ils sont les animateurs de la reconnaissance et de la libre décision.

Convaincus d’être dans une démarche historique, inscrite dans la légitimité de la pensée des Lumières, héritiers d’un engagement sur l’exercice personnel de la liberté associé à la déclaration universelle des droits de l’Homme, les médiateurs professionnels sont résolument tournés vers les préoccupations quotidiennes, tant dans la vie personnelle, que la vie sociale et la vie professionnelle. Ils sont les acteurs essentiels de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Ils ont réaffirmé leur profession, une profession libre, pour laquelle leurs organisations garantissent l’autodiscipline : l’EPMN (l’école, le centre de formation continue), la CPMN (l’organisation syndicale), ViaMediation (le réseau partenarial).

Tandis que le monde judiciaire et les professions juridiques sont régulièrement secoués par des remises en cause, que la recherche d’économies structurelles tend à renvoyer les responsabilités publiques dans la sphère privée, une nouvelle profession trouve ses marques et émerge : celle des médiateurs professionnels. Cette année encore, ils ont tenu leur symposium et il devient de plus en plus clair que, forts de leurs compétences, ils gagnent en influence.

Ce travail de promotion est aussi une invitation du public à être attentif à l’identité des médiateurs professionnels sachant qu’il existe un tableau officiel, et une adresse sur internet : www.cpmn.info

Dans les prochains jours, vous verrez apparaître sur le net, dans de multiples endroits du web, les photos, communiqués, réflexions, animations et vidéos sur cet évènement qui, centré sur une meilleure communication, participe à une réflexion plus globale pour améliorer la vie dans notre société.

Dans tous les cas, ils se sont assignés une mission : celle d’animer une décennie, 2015-2025, pour la reconnaissance du droit à la médiation et d’y intéresser le plus de monde possible, au nom d’un meilleur exercice de la libre décision et de la promotion de l’altérité.

Cérémonie de remise du Certificat d’Aptitude à la Profession de Médiateur – le CAP’M

Parmi ces nouveaux titulaires du diplôme exclusif des médiateurs, vous trouverez les médiateurs professionnels sur le tableau officiel publier en 2015. Seuls les médiateurs figurant sur ce tableau vous apporteront les garantis professionnels dans l’exercice de leur profession.

Agnes Tavel

Agnes Tavel

Avocate inscrite au barreau de Thonon-les-bains, médiateure professionnelle, auteure du Code de la Médiation et du médiateur professionnel, préfacé par Bruno Steinmann 1er président de cour d'appel


Mot-clés associés à cet article :
Symposium 2014

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz