Même le conflit a un handicap

Même le conflit a un handicap

Voici une situation créée par un ensemble de maladresses juridiques. En 1975, les premières lois d’orientation en faveur des personnes handicapées ont été adoptées. L’objectif global était d’intervenir sur la manière dont les personnes en situation de handicap se dirigeaient.

Les deux articles phares de cette loi prévoyaient des dispositions concernant le cadre bâti (l’article 49) et les transports (l’article 45). En 1977, un décret revient sur le cadre juridique.

Trente ans plus tard, en 2005, rien n’a été fait ou presque; c’est la loi, je cite, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

L’égalité se perdrait-elle dès lors que l’on a un handicap au point qu’il faut la rappeler, voire en repréciser les  tenants et aboutissants ? Parler d’égalité en nommant, une partie des citoyens, un peu incongru non ?

Cette loi entre autre fixe des délais courts de réalisation de l’accessibilité pour les handicapés sur l’ensemble des lieux publics. On notera que là encore les handicapés sont mis à l’index dans le feuillet juridique.

Juillet dernier, la loi est modifiée pour permettre de la gérer entre autre par ordonnance, mais aussi pour clarifier en remplaçant par endroit le mot « handicapé » par « pour tous » l’accessibilité pour des personnes handicapées est devenue l’accessibilité pour tous !

C’est vrai l’accessibilité concerne tout type de handicap : moteur, auditif, visuel, mental, psychique, cognitif et toute situation de handicap : personnes âgées, personnes avec des problèmes de santé, personnes désavantagées par leur taille, personnes avec charges, poussettes…
Mais pourquoi nommer « les handicapés » ou écrire « pour tous » ? Si on avait lu « L’accessibilité des lieux publics » ? Avec tout cela je pourrais bien finir par être un handicapé normal !

Mais il y a l’ordonnance du 26 septembre 2014 qui indique des délais supplémentaires jusqu’à 10 ans de plus pour les transports avertis depuis 1975 ! Le droit des handicapés de signaler des magasins par exemple non accessible et je cite la secrétaire d’état de saisir les autorités publiques pour faire constater l’infraction qui coûtera aux contrevenant entre 1500 et 7500 € d’amende.

Remplacer des policiers par des handicapés il fallait y penser et même si c’est un peu du travail déguisé si cela rapporte… Non bien sûr c’est beaucoup plus grave, on a fondé deux clans, la dualité, les commerçants les artisans et les professions libérales d’un côté et les handicapés de l’autre !

Je ne serai pas médiateur professionnel si je ne posais pas un peu les choses. Il y a de la légitimité, les handicapés comme moi ont bien raison de demander leur droit simple de pouvoir faire leurs courses travailler etc… Il y a des erreurs de mots en évoquant les handicapés par exemple alors que les parents avec une poussette ont les mêmes besoins. Il y a des erreurs de stratégie. Imaginer et constater la différence, quel sont les enjeux pour les commerçants :
➢ Vous allez payer quelques milliers d’euros pour des handicapés.
➢ Vous allez investir pour votre avenir sachant que plus de 45% de la population sera en besoin d’accessibilité en 2020 !

On constate que le premier est sans retour. « La contrainte ». Le deuxième par contre permet d’imaginer son business plan en enlevant les 45% et imagine le reste. « L’information »

Donc je résume :

  • Les commerçants artisans et professions libérales sont légitimes de vouloir continuer à exister.
  • Et les personnes qui ont besoin d’accessibilité sont aussi légitimes de vouloir exister et vivre comme les autres.

Ma conclusion

Les erreurs successives des différents gouvernements ont juste créé un conflit. Ils se sont enfermés si surement que de lâcher pour les uns comme pour les autres est presque impossible. Pourtant la réalité c’est que mon argent vaut bien celui d’un autre et que s’y on avait proposé une démarche commerciale les commerçants auraient tous été promoteurs d’une meilleure accessibilité. Pour en finir le handicap du conflit ce sera la médiation !

 


Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Même le conflit a un handicap"

avatar

Jérôme Messinguiral
Admin
2 années 1 mois plus tôt

Retrouvez William Renault le 12 décembre à Lavaur dans le Tarn, il est l’organisateur d’une matinale de la médiation professionnelle sur les thématiques Familles, entreprises, lien social. Plus d’infos et inscriptions sur http://www.lesmatinalesdelamediation.fr

wpDiscuz