La médiation inter-entreprise : un enjeu humain et économique.

La médiation inter-entreprise : un enjeu humain et économique.

Maintenir un climat apaisé entre ses salariés est un objectif louable mais on pense rarement à ses clients et à ses fournisseurs.

Une facture impayée, des délais non respectés, une commande qui ne respecte pas le cahier des charges, bien d’autres sujets peuvent donner lieux à des tensions. Ces conflits viennent malmener un climat et un avenir économique.

Anticiper ces situations avec le savoir-faire d’un médiateur professionnel, c’est renforcer ce lien économique et assurer ainsi une efficacité et une pérennité productive à l’entreprise.

Trouver un autre fournisseur ou un autre client n’est pas si facile et la collaboration représente bien souvent plus qu’un simple bon de  commande signé. La confiance professionnelle s’acquiert et s’entretient entre les acteurs économiques.

L’encadrement de cette relation par des clauses contractuelles et une méthodologie adaptée est une des clés de l’efficacité, de la performance et de l’innovation. La collaboration pour la conception d’un bien ou d’un service avec ses sous-traitants est très importante dans l’innovation et fait parfois la différence sur la satisfaction des clients finaux. La flexibilité organisationnelle et le transfert d’innovation entre les différents acteurs sont des enjeux à ne pas sous estimer. Cette attitude nécessite très souvent une anticipation relationnelle et une organisation préventive adaptée.

La synergie inter-entreprise passe donc indubitablement par la qualité des relations commerciales.

Lors d’une difficulté, il est capital également de ne pas perdre un temps précieux avec des discours inadaptés. Missionner un médiateur professionnel neutre, impartial et indépendant permet d’apaiser rapidement ces tensions et de se focaliser directement sur l’issue et la solution des parties.

Le médiateur peut ainsi aider l’entreprise à passer un cap difficile dans un contexte relationnel délicat.

Dans le cas d’une procédure judiciaire lancée par un créancier, clients (ou tout autre cabinet mandaté), la procédure d’assignation a fait l’objet de quelques modifications.

Le législateur oblige le demandeur à préciser « les diligences entreprises en vue de parvenir à une résolution amiable du litige ».

Dans le cas contraire, le juge peut demander aux parties d’impulser un mode amiable de résolution des conflits pour ladite situation.

Une sorte de « retour à la case départ » préjudiciable en temps, argent et énergie.

Il est donc capital d’anticiper et de prévenir ces difficultés par un processus et une méthode adaptée. Cette anticipation permet à l’entreprise de répondre à sa nouvelle obligation légale (en cas de procédure) mais aussi de préserver la relation commerciale.

L’entreprise moderne du XXIème siècle sera performante dans ses relations ou ne sera pas !

L’enjeu peut faire frémir ou galvaniser. Celles et ceux qui réussiront cette évolution auront gagné en éthique, professionnalisme et en confiance.   Le cheminement par la qualité relationnelle permet de gagner en éthique, professionnalisme et en confiance réciproque.

3 Facteurs humains inéluctables. Gage d’une maturation économique et relationnelle.

Crédit photo : olly – Fotolia


Mot-clés associés à cet article :
confianceefficacitéinterentreprise

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz