Les conduites de civisme : épisode I

Les conduites de civisme :  épisode I

Les conduites de civisme sont d’actualité. Elles sont dépendantes des relations humaines qui, selon les circonstances, les lieux, le contexte, peuvent conduire très rapidement à l’incivisme et aux incivilités. Les comportements citadins sont dictés par des règles qui à défaut d’être conscientes, aboutissent à la  désinhibition en particulier face à de parfaits inconnus : il est plus compliqué de mal se conduire avec un membre de sa famille, son médecin, un voisin, son pharmacien, son chirurgien dentiste, son ami… D’un point de vue pratique, nous aborderons l’adversité qui peut conduire à l’incivisme, l’altérité pour en sortir grâce à la qualité relationnelle. En conclusion, nous nous interrogerons sur la capacité de l’être humain à pouvoir inverser l’incivisme dans notre société en menant des conduites de civismes.

Episode I : l’adversité

Episode II : le conflit et les issues en adversité (samedi 14 novembre)

Episode III : l’altérité et les issues en altérité (samedi 21 novembre)

Episode IV : le paradigme de la qualité relationnelle (samedi 28 novembre)

 

VOUS AVEZ DIT ADVERSITE ?

Définition de l’adversité : situation de la personne soumise aux rigueurs du destin. Cette définition issue du dictionnaire apporte un éclairage réduit. Aussi, nous allons remonter aussi loin que possible et revenir aux jours actuels.

L’ADVERSITE DANS LA NUIT DES TEMPS : Il est difficile de savoir si l’adversité a commencé avec les premiers êtres humains mais en ces temps lointains, la vie était très aléatoire et soumise aux incertitudes de l’époque : le feu, la nourriture, le froid, les animaux sauvages et les hommes. L’espérance de vie était très courte et les relations entre les humains étaient dépendantes de ce qui les faisait vivre à l’époque. Il y avait la chasse et la cueillette que l’homme et son clan valorisaient au mieux pour la subsistance dans ce monde hostile. La sédentarité n’existait pas en ces temps reculés et le nomadisme était la règle générale. Des représentations proposent un empilement de 3 cerveaux aux fonctions particulières  dont le reptilien spécialisé dans la survie (fuite, agressivité).

L’adversité pouvait être extrêmement soudaine, violente ou/et dissuasive car elle touchait à la survie de chacun, voir du groupe. S’il s’agit d’un animal sauvage à la recherche de nourriture humaine, le combat permet au gibier humain de s’en tirer du mieux qu’il pourra ou de périr. Aucune limite à cette adversité ne tempère ou restreint  l’intensité des actes qui peuvent aisément conduire à supprimer l’animal ou l’humain jugés  dangereux pour sa survie. Les catalyseurs de ces manifestations belliqueuses partent des émotions comme la peur qui déclenche la colère, qui peuvent atteindre une  intensité vitale avec ce qui en découle en termes de dégâts collatéraux. A cette époque, d’autres alternatives à l’adversité sont difficiles à imaginer à moins d’abondance et de moyens de s’approprier la nourriture voulue. Des territoires peu exposés à la convoitise ou encore désertés par des bêtes sauvages prédateurs d’hommes sont susceptibles de moduler l’adversité en la réduisant. Cette possibilité ne peut être écartée même si elle reste marginale. (l’intensité de l’adversité est fonction de la liberté de conscience)

L’ADVERSITE AVEC L’HOMME MODERNE : Comment définir ce que la société, la modernité ont pu apporter à l’être humain face à l’adversité dans ce monde en évolution incessante. En préalable, un principe définit ce que l’être humain a fait pour passer de la préhistoire à la modernité. Ce principe commence par une question que les paléontologues se sont posés : « qu’est ce que l’homme a créé ou inventé réellement ? ». La réponse ne manque pas d’étonner car l’homme a créé et inventé 3 systèmes ce qui paraît peu…

  • La technique comme pour faire un abri, du feu ou un satellite.
  • L’élevage d’animaux que l’homme a fini par domestiquer.
  • La culture, l’agriculture qui ont conduit l’homme à se sédentariser.

Lors de l’installation progressive de ces progrès, la vie des hommes s’est améliorée à bien des titres : sécurité, santé, alimentation, habitat… Les religions, les règlements, les lois avec leur lot de sanctions ont apporté une amélioration indéniable à la vie en société. L’adversité n’a pas disparu pour autant des pays, des villes, quartiers, des entreprises, des familles… Le progrès, tel qu’il peut s’envisager et se mesurer, n’a pas libéré l’homme des conflits qu’il continue de vivre. L’adversité des temps modernes n’est plus liée à une question de survie mais reste généralisée dans notre société, dans notre monde, d’un bout à  l’autre de la planète. Elle fait son apparition dès que le cerveau reptilien prend le dessus, aiguillonné par la peur, l’agressivité : nous avons tous à l’esprit des comportements d’automobilistes ayant perdu leur calme et prêts à en découdre. Bien sûr et fort heureusement, il existe des êtres humains chez qui l’adversité est sous-contrôle grâce à  la raison qui libère des conceptions généralistes pour ouvrir sur la situation particulière, et, le cas échéant, à un tiers expert de la qualité relationnelle.

To be continued on Saturday, November 14th 2015

Episode II : le conflit et les issues en adversité


Mot-clés associés à cet article :
adversitécivismeincivilitéqualité relationnelle

Articles suggérés

Mondanité en médiation : faut-il y être ou pas ?

Par pure mondanité, nous pouvons souhaiter être quelque part. Parfois, l’idée que c’est là qu’il faut être, nous fait douter

Les conduites de civisme : Episode II

Le conflit et les issues en adversité Rappel de l’épisode précédent : Episode I : l’adversité (le 7 novembre) QU’EST-CE

Vers une définition de la médiation légaliste ?

Une conception légaliste de la médiation risque d’apparaître en France, non pas par démarche de transposition de la directive européenne, que l’on attend, mais par imposition d’un système interprétatif de la médiation sous contrôle juridico-judiciaire.

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Les conduites de civisme : épisode I"

avatar

Moi-même
Invité
Moi-même
9 mois 8 jours plus tôt
Bonjour et merci Max. C’est tout-à-fait intéressant. Permettez-moi quand même d’ajouter un commentaire tout à la fin de ce bel article. C’est normal, c’était la fin, mais le raccourci me semble quand même très rapide en ce qui concerne les conditions résiduelles de l’agressivité aujourd’hui, et la manière d’en sortir : la raison. Ce n’est pas « faux » peut-être, mais c’est « trop court », c’est sûr : il me semble, d’expérience, que ce ne sont effectivement pas des conditions d’existence préhistoriques (que le cerveau reptilien ou un autre en ait la mémoire ou pas) qui font dominer cette « conscience » d’adversité aujourd’hui, mais… Read more »
LIBRE
Invité
LIBRE
9 mois 7 jours plus tôt
Bonjour Nicolas, Je vous remercie pour ce commentaire qui ouvre un angle de vue différent et qui consiste à dire pour vous que le stress serait générateur d’agressivité et non l’inverse. Pourtant, il est établi que l’homme est un mammifère comme un autre, doué d’intelligence certes, mais réglé pour la pérennité de l’espèce donc pourvu d’agressivité, ne serait ce que pour se reproduire. Pour éclairer ce propos, la définition du stress par le dictionnaire Lexis est la suivante : « Ensemble des perturbations organiques, psychiques, provoquées par des agents agresseurs variés, comme le froid, une maladie infectieuse, une émotion, un… Read more »
Jérôme Messinguiral
Admin
9 mois 7 jours plus tôt

Bonjour Moi-Même,

Votre conclusion est que l’éducation est la solution pour sortir de l’adversité, ce paradigme de confrontation. C’est l’objet de la détermination de la CPMN d’un projet sociétal, au delà de la profession, pour prendre part et répondre à un besoin de notre société, imaginer un autre paradigme qui permet de construire avec et non en opposition à, ce paradigme fera l’objet du prochain article et vous en trouverez les développements dans les prises de position de la CPMN http://www.cpmn.info
Merci de vos commentaires

Moi-même
Invité
Moi-même
8 mois 20 jours plus tôt
Bonjour Max et Jérôme. Et merci de vos réponses. Jérôme, il sera intéressant de lire l’article sur le nouveau paradigme, parce que… pas facile ! Max, pour revenir à ce qui « précède » l’inconduite sociale, que ce soit le stress dû aux conditions extérieures agressives, ou l’agressivité dûe à un manque de raison, d’éducation… on peut penser, si des sociologues ont pu nous faire imaginer que, dans les temps reculés, le besoin de reproduction – d’un point de vue « masculin »… (mâle) – devait favoriser l' »agressivité », alors aujourd’hui, c’est en quelque sorte un point de vue « féminin » qui domine, car on peut… Read more »
Max Urvois
Invité
LIBRE
8 mois 19 jours plus tôt
Bonjour Nicolas, Vos réflexions sont les bienvenues et poussent à la discussion. La reproduction, à mon avis, n’est pas que le fait du mâle chargé de la conservation de l’espèce car si c’était le cas, il pourrait se suffire à lui-même. Sans la femme, il ne se passerait rien et inversement. Et je suis en accord avec vous pour dire qu’aujourd’hui le côté féminin est sans doute plus présent et assumé quelque fois chez l’homme. Il est même possible de dire que cette caractéristique n’est pas inutile chez un médiateur masculin. Pour les sans abris, ils ne sont pas tous… Read more »
Jérôme Messinguiral
Admin
8 mois 19 jours plus tôt
Je vais clarifier une ou deux choses par acquis de conscience, je suis un peu tatillon sur certains aspects il est vrai. « le côté féminin est sans doute plus présent et assumé quelque fois chez l’homme » Il n’y a pas de côté féminin et de côté masculin en l’homme ou en la femme, c’est une construction sociale et culturelle basée sur des rôles sexualisés attribués. Parler de l’agressivité des sans abris ne peut que me faire réagir, si l’agressivité est présente chez un individu, c’est en réponse à une menace ou à un danger ressenti (réel ou imaginé). Il en… Read more »
wpDiscuz