L’ONU se penche sur le bonheur des nations

2
3303

Drapeau de l'ONU
Après le Bhoutan, l’OCDE, la Corée du Nord, l’ONU s’intéresse au bonheur comme indicateur de progrès économique et social.

L’assemblée générale de l’ONU a adopté sans vote le 19 juillet une résolution invitant les états membre à élaborer de nouvelles mesures tenant compte de l’importance du bonheur dans leurs politiques de développement.

Le Bhoutan, coauteur de la résolution, est précurseur en la matière car il a adopté en 1972 un indicateur de bonheur national brut (BNB) en lieu et place du Produit National Brut (PNB). C’est d’ailleurs au Bhoutan qu’ont eu lieu deux des quatre conférences internationales organisées entre 2004 et 2008 sur ce thème.

L’ONU adopte une résolution, mais il reste du chemin à parcourir vers sa mise en œuvre, à commencer par la définition d’indicateurs et d’outils de mesure qui soient pertinents, objectifs, et surtout communs. Si l’initiative du Bhoutan est intéressante, les indicateurs utilisés ne sont peut-être pas généralisables. Pour prendre un exemple récent, la Corée du Nord a publié en juin 2011 son propre classement du bonheur par pays, lequel place en tête la Chine, suivie de près par la Corée du Nord, Cuba, l’Iran et le Venezuela pour le top 5. L’« Empire Américain » arrive 203ème (sur 203). Les critères utilisés n’ont pas été publiés, mais tout porte à croire qu’ils sont différents de ceux du Bhoutan.

Pour en revenir à la résolution de l’ONU, elle semble un peu incongrue, presque désespérée, dans le contexte actuel de crise financière, de guerre en Libye, de catastrophe industrielle au japon, de famine en Afrique. Évidemment, la tâche est ardue pour les décideurs, mais force est de constater que la logique de leurs choix n’est pas toujours apparente et qu’il est difficile de savoir de qui, au juste, on cherche à faire le bonheur.

Jean-Louis Lascoux
Admin

L’idée n’est pas inintéressante, mais c’est sûr que ça parait très dérisoire par rapport aux situations des pays les plus en difficulté.

Christophe de MEEÛS
Invité
Christophe de MEEÛS

Merci pour ce billet Ce serait intéressant de connaitre les critères pour evaluer le bonheur pour les dirigeants de la Corée du Sud, de la Syrie et soyons fous de la Somalie au hasard Et comme les derniers indicateurs économiques montrent que ce n’est plus 20% de l’humanité qui possède 80% des richesses mais plus que 15 % il me semble qu’au lieu de payer des gens à créer des indicateurs à la @@@,l’ONU devrait s’occuper de travailler sur ces écarts entre les pays riches et les pays pauvres. Il va peut être falloir créer un courant politique pour faire… Read more »