Le 8 mars, le reflet d’un échec.

7
1341

La journée internationale des droits des femmes est célébrée le 8 mars et trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du xxe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant l’égalité des droits, de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l’égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition des femmes, fêter les victoires et les avancées. (Source : wikipedia)

Je vais certainement provoquer des débats houleux avec ce texte, ce que j’espère, c’est que bientôt nous n’aurons plus besoin d’opposer pour parler d’égalité.

La nécessité de cette journée sonne comme l’échec cuisant du changement des mentalités des institutions et des individus.

Combien de temps encore sera t’il nécessaire de se battre pour que chaque être humain soit reconnu dans sa pluralité, être humain à part entière, parent à part entière, citoyen à part entière, travailleur à part entière ?

La journée du 8 mars devrait être une fête, la fête des droits humains, il n’est que le reflet d’une civilisation dichotomique orchestrée par la culture, les représentations idéologiques.

La communication genrée oppose sans relâche les femmes et les hommes, les mères et les pères, les petites filles et les petits garçons, créant des conflits ou les entretenant.

Les études scientifiques sur la différence des sexes sont elles aussi créatrice d’amalgame. La majeure partie de ces études ont pour vocation de prouver qu’il n’y a aucune différence significative justifiant les différences de traitement, les autres études, partisanes, jouent sur les mots, usent de sophismes, sèment le trouble et parfois la peur.

 

La journée des droits des femmes, une nécessité, un paradoxe : les femmes et les hommes sont égaux, mais une journée est nécessaire pour le dire alors que la journée des droits de l’Homme existe, sexiste, qui devrait s’appeler la journée des droits Humains.

Que cette journée des droits des femmes soit la dernière nécessaire et que l’an prochain nous puissions enfin célébrer une seule journée : la journée des droits humains.

7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Michel O. WILLEKENS
Michel O. WILLEKENS
3 années plus tôt

Une nouvelle fois, je rejoins la conversation… ”La Journée internationale des droits de l’Homme est célébrée chaque année partout dans le monde le 10 décembre. La date a été choisie pour honorer l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies et de la proclamation le 10 décembre 1948 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme”. L’Homme étant l’appellation scientifique de l’être humain… c’est à dire la femme et l’homme… Alors, pourquoi vouloir célébrer, dans le monde entier, ”La journée internationale des droits des femmes”, le 8 mars ? vu qu’il n’existe pas de ”Journée internationale des droits des hommes ” ? Et pourquoi… Read more »

trackback

[…] mars 2012, je conclue mon article par “Que cette journée des droits des femmes soit la dernière nécessaire et que l’an […]

La Vie de Pères
8 années plus tôt

Nous sommes où ici ? Dans des jeux de bacs à sable ?

s
s
8 années plus tôt

Vous parlez d amalgame et vous en faites vous meme. Les Droits de l Homme sont les droits de l Humain. Car si vous aviez ete a l ecole vous sauriez qu en francais homme et humain peuvent etre des synonymes. La preuve la traduction en anglais c est Human Rights. Quand on parle de sujet aussi important que vous semblez le suggerer un peu de culture ne fait pas de mal et ouvrir un dictionnaire c est la base.

La Vie de Pères
8 années plus tôt

Chaque 8 mars, ces féministes propagent des informations disant, par exemple, que 1 femme sur 5 vit avec un criminel ! Elles oublient de dénoncer la violence des femmes envers les enfants, envers les hommes et envers les personnes âgées !
Pourquoi ne dénoncent-elles pas AUSSI que les femmes sont plus violentes que les hommes ?
Et pourquoi font-elles croire, aux gens, que seulement les hommes sont violents ?
Les campagnes biaisées de ces féministes radicales sont pourtant payées avec l’argent de tous les contribuables !
Nous sommes des millions sur Internet à le dire… maintenant, ça suffit de tromper l’opinion publique !