La création d’emplois correspondrait à la suppression des seuils des effectifs dans l’entreprise.

1
1548

Voilà 17 ans que j’ai décidé d’accompagner le développement des relations sociales dans l’entreprise.

Développer les relations sociales, c’est quoi ? C’est pouvoir donner aux acteurs du dialogue social tous les outils nécessaires pour construire la relation de demain.

Voilà que Mercredi 28, j’entends le ministre du Travail Monsieur François Rebsamen, proposer la méthode pour créer de l’emploi. Pour lui, la solution semble la suspension pendant trois ans du seuil créant les obligations particulières aux entreprises. (Mise en place du comité d’entreprise, des délégués du personnel, du comité d’hygiène sécurité et conditions de travail, …)

Je vous avoue, je reste perplexe dans cette mesure. Outre que le MEDEF préconise cela depuis quelques années, la France devrait pouvoir créer des emplois si le gouvernement était capable de lever le frein des seuils des effectifs.

Comment comprendre cette idée, si j’entends les dernières discussions en matière de négociation collective. Je prends par exemple la formation professionnelle, la qualité de vie au travail, une obligation de négocier en entreprise est prévue par la loi. S’il n’y a plus de partenaires sociaux dans l’entreprise, je m’interroge alors sur la méthode de négociation. À moins que certains ne pensent qu’il suffit du libre arbitre de l’employeur pour appliquer une décision dans l’entreprise. N’oublions pas que pour négocier, il faut être deux au minimum.

Triste France, au lieu de développer le dialogue social avec les partenaires sociaux, le gouvernement cherche à les contourner, comme si les partenaires sociaux étaient les pestiférés. Messieurs les chefs d’entreprises, pourquoi les juger ? Avez-vous si peur d’eux ?

Là, j’entends déjà les réponses, non nous n’avons pas peur des partenaires sociaux, nous avons peur de la dégradation relationnelle qu’ils peuvent mettre en place dans l’entreprise. Nous avons peur de la grève, nous avons peur d’être séquestrés, nous avons peur de la négociation annuelle des salaires, nous avons peur des RPS, nous avons peur des différents experts que ces gens-là peuvent désigner, nous avons peur de leur dire les choses que nous estimons confidentielles dans notre entreprise.

Je m’adresse donc à ces chefs d’entreprises. Mesdames, Messieurs, pouvez-vous envisager de changer votre méthode de penser ? Pouvez-vous anticiper vos démarches et faire en sorte que les partenaires sociaux soient respectés, respectables ? Si vous pouvez envisager cela, vous allez donc avancer dans le dialogue social, la négociation collective. Dans le cas contraire vous serez toujours en opposition et par conséquences ils seront vos ennemis, et vous les considérer comme les personnes qui vous empêchent d’appliquer vos décisions. Alors qu’ils ne veulent que comprendre le mécanisme, avancer avec vous et partager un peu des richesses qu’ils contribuent à réaliser dans l’entreprise.

Les partenaires sociaux n’ont pas besoin d’être mis à l’écart, ils ont besoin de comprendre et surtout de voir que l’entreprise est loyale envers eux. Anticiper le dialogue social, la dégradation de la qualité relationnelle c’est optimiser la relation sociale dans l’entreprise. Non monsieur le Ministre du travail, vous n’avez pas besoin de supprimer les seuils pour créer de l’emploi, vous avez besoin de développer le dialogue social dans l’entreprise, développer la relation entre l’employeur et les partenaires sociaux, vous avez besoin de faire confiance aux instances qui ne sont pas là pour empêcher l’entreprise de ce développer, mais qui sont là pour l’accompagner.

L’entreprise fonctionne grâce aux hommes et aux femmes qui l’occupent. Un employeur seul ne fera jamais avancer son entreprise.

Arrêtons donc de penser que les partenaires sociaux dans les entreprises sont des ennemis et pensons surtout comment améliorer la qualité de la relation avec eux.

Ne restez pas seuls, nous pouvons vous accompagner.

Les mauvaises langues vont dire, je les entends déjà d’ici, « Que propose-t-il alors ». Je propose la mise en place d’espaces de dialogues, de la pédagogie, un accompagnement par un médiateur professionnel, à l’anticipation de la dégradation de la qualité relationnelle.

Si vous ne savez pas encore où trouver les médiateurs professionnels, je ne peux que vous encourager à aller sur le site internet de la chambre professionnelle de la médiation et la négociation. (www.cpmn.info)

Vous verrez avec ces outils simples garantissants un résultat, ensemble nous construirons la France et demain ensemble nous avancerons vers la création d’emplois.

Jérôme Messinguiral
Admin

Les entreprises ou la qualité relationnelle est prise en compte structurellement ont un dialogue social efficace. Les chefs d’entreprise n’ont pas peur des partenaires sociaux quand ils sont rassurés, que la confiance est là. La confiance réciproque permet de dépasser les clans habituels.