Droit à la Médiation : la liberté au cœur de la décision

0
465

« Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès » faisait dire Honoré de Balzac à un de ses personnages de roman, sous forme sarcastique. La formule est communément reprise sans que l’on s’interroge sur son sens…

En effet, qui voudrait d’une mauvaise chose alors qu’il pourrait en avoir une bonne ?!! Cette formule, vous en conviendrez, ne veut pas dire grand chose.

Alors je vous propose d’aller plus en avant…

  • Que gagne-t-on en s’engageant ou restant dans une procédure judiciaire ?
  • Que perd-t-on en s’engageant ou restant dans une procédure judiciaire ?

Ou encore,

  • Que gagne t-on à venir en médiation ?
  • Que perd-on à venir en médiation ?

Pour répondre à ces questions, vous vous interrogerez peut-être, sur les avantages des nuits difficiles du fait du stress, de la rupture de dialogue, de l’adversité avec l’autre, au point même d’en oublier tous les plaisirs de l’existence.

Vous vous interrogerez peut-être aussi, sur les avantages à entretenir peur et frustration, en vous repassant le même disque en boucle sur les pseudos-nouveautés de votre litige sans fin.

Enfin, abandonneriez-vous votre libre arbitre au bénéfice d’une décision qui risque de s’avérer contraignante pour vous ? C’est sans doute facile de laisser le juge décider…

Certains vous diront, afin de distinguer la voie judiciaire avec celle dite « alternative » qu’est la médiation, que cette dernière s’avérerait moins onéreuse, plus rapide – tout ceci pour faire écho aux lenteurs judiciaires et l’arbitraire des décisions de justice. Soit ! Mais quoi d’autre ?

La Médiation Professionnelle, telle que pratiquée par les médiateurs titulaires du CAP’M, va permettre, dans le cadre d’une démarche éthique et grâce à un processus structuré et les outils de l’Ingénierie Relationnelle, d’accompagner toutes personnes à construire un véritable projet de résolution de conflit en ayant défini en amont des principes de qualité relationnelle efficients.

Il s’agira pour le Médiateur Professionnel, véritable Expert de la relation, de leur permettre de réfléchir plus rationnellement et vivre mieux ce qui peut être parfois un véritable feu d’artifices d’émotions… et d’avoir l’opportunité, à l’occasion de la réunion finale, d’avoir une discussion constructive qu’elles n’auraient jamais pu imaginer avoir…

Ainsi tout ce que vous risquez à venir en médiation, c’est de réfléchir à une nouvelle manière et de vous en tirer à meilleur compte…

Les techniques des Médiateurs Professionnels sont opérationnelles à tous niveaux, y compris dans l’entreprise et le dialogue social… Plus encore, que diriez-vous de solutionner les conflits par l’anticipation ? Une entreprise dans laquelle les salariés sont épanouis et heureux de venir travailler tous les matins, n’est-elle pas plus efficiente en terme de rentabilité ? C’est là que la notion de qualité de vie au travail prend tout son sens…

Ainsi, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise chose ; reste à savoir si l’on veut en toute liberté et pleine responsabilité, être acteur dans la résolution de son conflit ou si l’on préfère renoncer à son libre arbitre et s’en remettre à la décision judiciaire.

Et si l’on allait plus loin dans le raisonnement…

Pourquoi ne pas voir en cette obligation à la médiation avant toute phase judicaire, telle qu’imposée peu à peu par le législateur dans une vague massive de déjudiciarisation, une véritable opportunité d’exprimer cette liberté en exerçant ce qui peut devenir, un véritable Droit à la Médiation ?

______

Symposium de la Médiation à Strasbourg, les 15 et 16 octobre 2020 – Décennie pour le droit à la médiation.