La pratique de la médiation familiale déçoit des médiateurs parisiens

4
1124

Agnès TavelFrancine Summa, avocate, membre de l’Association parisienne des Médiateurs Européens, dresse un bilan déconcertant des intervenants en médiation familiale. Elle fait état d’une forte déconvenue quant à l’efficacité d’un grand nombre de médiateurs.

Selon elle, huit points expliqueraient l’échec de la pratique de la médiation telle qu’elle est proposée actuellement au sein du TGI parisien.

Indépendance, neutralité, impartialité : un apprentissage difficile pour les amis de la médiation

Ce bilan tend à démontrer que la formation dispensée à ces médiateurs est inadaptée, illusoire et inefficace. Dans les lignes, il est facile d’identifier que les médiateurs :

  • ne savent pas préserver leur impartialité ;
  • attribuent aux clients de la médiation les raisons de leur incompétence ;
  • s’embourbent dans les recherches de solution, ignorant la posture effective de neutralité.

Face à l’exigence institutionnelle, les associations de médiateurs qui se sont impliquées pour l’instant dans la démarche de médiation mise en place à l’initiative de Jean-Claude Magendie ont les plus grandes difficultés à maintenir leur indépendance.

En non-dit de ce bilan, il ressort que le simple bénévolat auquel les praticiens sont tenus les renvoie inévitablement sur le banc de l’amateurisme.

Le dernier point en raconte plus sur l’état d’esprit dans lequel ce professionnalisme est (mal) engagé : la médiation serait, selon Francine Summa, une question de foi… Avec cet argument, nous ne nous rapprochons pas de la question de la compétence…
Voir source : village de la justice

trackback

[…] La pratique de la médiation familiale déçoit des médiateurs parisiens (637 views) […]

trackback

[…] confusion entre médiation et conciliation, réconciliation, arbitrage et négociation aboutit aux résultats navrants déjà pointés par les membres de ces professions en France, alors même qu’ils sont défenseurs de la médiation. Mais pour l’instant, l’amateurisme est […]

trackback

[…] confusion entre médiation et conciliation, réconciliation, arbitrage et négociation aboutit aux résultats navrants déjà pointés par les membres de ces professions en France, alors même qu’ils sont défenseurs de la médiation. Mais pour l’instant, […]

REDJIMI Séguni
Invité
REDJIMI Séguni

Bonjour,
Le bon sens de cet article est évident et il doit emporter notre entier acquiescement.
En effet :Indépendance,  neutralité, impartialité et confidentialité sont les lignes de conduites du médiateur.
Il ne peut y avoir une médiation efficace sans la présence de tous ces éléments.
L’amateurisme lié au bénévolat de certains médiateurs est un frein au développement de notre activité.
Il faut intégrer la médiation comme un processus alternatif à la gestion des crises et conflits et non commme “peut être une possibilité “.

Tant que l’amateurisme et le bénévolat n’auront pas été éradiqué de cette activité son développement sera freiné et sa reconnaissance repoussée.

REDJIMI Séguni