La médiation(s) au pluriel

3
1209

Ici, lorsqu’il s’agit de médiation, le sous-entendu est que le terme s’applique aux relations conflictuelles et plus largement au développement de la qualité des relations humaines. Ici, lorsqu’on parle de médiateur, il est fait référence à l’indépendance tutélaire, à la neutralité quant à la solution et à l’impartialité dans les relations. Nous parlons alors de médiation professionnelle.

L’article publié sur le site du Groupe d’Étude et de Recherche en Anglais de Spécialité est d’une toute autre teneur. Il traite de la relation de l’apprenant avec l’enseignant et inversement. En fait, il s’agit d’une réflexion qui n’est pas sans rappeler celle que j’ai développée métaphoriquement dans Et tu deviendras médiateur et peut-être philosophe (Médiateurs Editeurs, 2009). Là, il faut concevoir l’enseignant comme un médiateur entre le savoir et l’apprenant.

La transposition de cette manière de voir les choses avec le contexte conflictuel n’est pas spontanée, mais elle permet de comprendre pourquoi la médiation possède cette pluralité de conception :

la médiation est une dynamique qui suppose l’adhésion des deux parties, ce qui signifie, d’une part, conscience parfaite chez l’enseignant des implications cognitives de son rôle de guidage, et, d’autre part, motivation et implication volontaire de l’apprenant, qui doit se voir comme sujet actif et accepter de ne pas tout attendre de l’enseignant. Lire l’article de Danielle Chini, maître de conférences à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

De toute évidence, les liens sont nombreux pour ce qui est du rôle que l’on peut observer entre les différentes conceptions de la médiation ici et là. Nous sommes loin, de toute évidence, de la démarche conciliatrice ou arbitrale…

Jean-Louis Lascoux
Invité
Jean-Louis Lascoux

Tout est dans son jeu de jambes 🙂

Denis Jammet
Invité
Denis Jammet

Cette danseuse est aussi stupéfiante qu’une médiation réussie.

Jean-Louis Lascoux
Invité
Jean-Louis Lascoux

Pour ce qui est de la danseuse, tester votre prédominance de perception. Vous la voyez tourner dans le sens horaire, ou dans le sens anti-horaire. Ensuite, l’exercice consiste à la voir tourner dans le sens contraire… Ca marche… heu… ça tourne : j’ai testé.