La médiation familiale au Canada

0
2391

Yolande JamesLa ministre de la famille, Yolande James, et le ministre de la justice, Jean-Marc Fournier, ont annoncé deux mesures visant à ancrer la médiation comme solution pour les contentieux familiaux.

C’est une bonne idée pour les familles, les parents, les enfants et le système de justice en général, alors pourquoi ne pas le faire ? a questionné Jean-Marc Fournier. Grâce à ces modifications, nous voulons éliminer les frustrations liées au processus juridique, dans une situation déjà très difficile pour les parents et les enfants.

Les frustrations face au système judiciaire ne sont pas des fatalités. La médiation professionnelle permet de redonner les capacités aux participants de chercher des solutions possibles au travers d’une inimaginable discussion grâce à l’intervention d’un tiers compétent, indépendant, neutre et impartial.

Jean-Marc Fournier

Une différence majeure entre la mise en œuvre de la médiation familiale au Canada et en France, l’opacité des tarifs défrayés par l’État. Au Québec, les choses sont dites clairement, une augmentation spectaculaire des tarifs vient conforter l’action de ces professionnels : de plus, le tarif horaire défrayé pas l’État pour les médiateurs passera de 76$ à 110$.

110$ de l’heure, ce n’est pas la seule augmentation de la prise en charge des frais de médiation puisque, parallèlement à cette augmentation directe, le nombre d’heures défrayées par l’état passe de 6 à 7h30 par médiation.

Des gestes forts prouvant l’utilité de la médiation pour le système judiciaire et surtout pour les parents et leurs enfants, après l’Italie et le Canada, la France se lancera-t-elle sur la voie de la démocratie participative judiciaire : la médiation professionnelle au service des familles, un service qui a un coût : celui du professionnalisme.

Voir l’article de presse : cliquer ici