Plans sociaux : la CPMN identifie les médiateurs professionnels compétents

4
544

Dialogue-social - CPMNLe plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) doit être établi dans toutes entreprises employant au moins 50 salariés, lorsque le nombre de licenciements est au moins égal à 10 dans une même période de 30 jours.

Le PSE, contient deux volets. Le premier volet porte sur le motif économique des licenciements envisagés, le second, concerne particulièrement la réorganisation ou restructuration et ses aspects économiques.

L’analyse du motif économique relève de la compétence très opérationnelle des instances de l’entreprise. Les instances représentatives du personnel, comité d’entreprise et syndicat disposent d’un arsenal juridique suffisant. Les experts techniques, notamment les expert-comptables, apportent les lumières nécessaires pour formuler un avis.

Les médiateurs professionnels interviennent pour faciliter les échanges, aider à clarifier les positionnements et les enjeux, soutenir l’élaboration des stratégies de dialogue. Ils accompagnent les salariés dans leur projet de reclassement. Avec les salariés non concernés par le PSE, ils participent au rétablissement de la qualité relationnelle et permettent à l’organisation d’envisager sereinement l’après-PSE.

La CPMN est l’organisation de la médiation professionnelle. Première chambre syndicale professionnelle dans la médiation, la CPMN développe des actions auprès des organisations, dans la perspective de l’amélioration de la qualité relationnelle, dont elle est initiatrice et garante des principes, au moyen du Code d’éthique et de déontologie des médiateurs (CODEOME). Ses membres sont les plus qualifiés pour intervenir lors des situations de crise et accompagner les réflexions des parties afin qu’elles trouvent l’issue la plus favorable, et en tout cas la moins perdante possible.

Pour garantir la qualité des interventions dans le cadre de plans sociaux, la CPMN a constitué une liste des médiateurs professionnels réunissant les aptitudes et compétences indispensables.

Par leur formation dispensée dans le cadre de l’EPMN, leurs activités indépendantes, leurs expériences, leurs vécus, ils ont acquis toutes les compétences professionnelles pour assumer ces missions. Vous pouvez les contacter directement, ou prendre contact auprès de la CPMN.

La liste des médiateurs référencés « Plan sociaux » est disponible ici…

FERNANDES
Invité

 
Comme vous le savez, la qualité relationnelle dans les entreprises doit prendre en compte le facteur humain. Dans un PSE, le personnel touché doit être accompagné, le personnel restant doit être également pris en compte, cela permettra à celui-ci d’accepter le changement inévitable du mode de fonctionnement de l’organisation dû à la restructuration de l’entreprise.
Prendre en compte le personnel restant, c’est donner du sens, éviter que ces personnes ne développent un sentiment de culpabilité, d’abandon. C’est comme favoriser le présentéisme dans une entreprise et ne pas sanctionner l’absentéisme.
 
 
 

Philippe Jacquet
Invité
Philippe Jacquet

Il y a quelque années , j’ai pu observer de très près un PSE dans une très grande entreprise informatique. Je vous félicite de lire que l’accompagnement peut toucher les salariés non touchés par le PSE. Et si j’imagine facilement le DRH de l’époque s’esclaffer d’une telle remarque, c’est bien parce que cet aspect n’avait pas du tout été pris en compte à l’époque, vraisemblablement parce que sa direction ne l’avait pas évoqué …

Jean-Louis Lascoux
Admin

Cette liste a pour but de permettre aux organisations, entreprises et institutions, de savoir à qui s’adresser pour faire face
* 1/ à la prévention des risques relationnels
* 2/ à l’accompagnement pour la sortie des situations de crise.
Les exemples deviennent trop nombreux où les modes d’accompagnement ne prennent pas en compte l’essentiel : la personne humaine. La méthode de Maître Jacques doit quitter le monde de la médiation !

Jérôme Messinguiral
Admin

L’identification précise de ce que peut apporter la CPMN dans les conflits sociaux est nécessaire et permettra d´engager le dialogue avec les partenaires sociaux et les entreprises pour leur permettre de résoudre des conflits parasités qui jusqu’à maintenant se gérer uniquement sur des notions de droit, niant l’aspect relationnel engendré par des mutations de conditions de travail par la perte d’emploi.