Ukraine : chacun son point de vue

5
3385

Que l’on parle au nom des personnes, des organisations, des états ou des coalitions supra-nationales, les intérêts divergent et les solutions unilatérales sont vécues comme légitimes. Ils apportent un ou plusieurs bénéfices à ceux qui les avancent parfois sans égard pour les autres, assuré que chacun est d’apporté LA solution au conflit.

Une partie de la population affirme son attachement à la Russie, une autre à l’Europe, d’autres souhaitent construire l’Ukraine indépendante avant de parler de coalition avec qui que ce soit.

Les dirigeants Occidentaux et les dirigeants Russes appellent l’Ukraine en évoquant les mêmes multiples raisons qui justifient les camps : histoire, sociologie, culture, commerce, géopolitique, idéologie, sensibilité, aspiration.

Les dirigeants ukrainiens semblent pour l’instant partagés entre le replis sur soi et rejoindre les uns ou les autres.

Chacun campe sur son point de vue, avec un fort sentiment de légitimité. A parler du fond, on pourrait risquer de s’y perdre. On  rappellerait la terrible guerre de Crimée. On pourrait faire des spéculations sur l’hypothétique ressentiment Russe. On pourrait parler de position stratégique anachronique.

En y allant sur tous ces sujets, à aucun moment le point de vue des autres ne paraitrait une solution imaginable.

Chaque point de vue est donc répété espérant que les autres fléchissent sous le poids… des mots, des poings, des armes, des armées. Cette escalade peut se poursuivre jusqu’à la résignation momentanée, l’abandon dans l’adversité, la prise de pouvoir passagère… Point de solution durable dans ce cas.

Qu’y a-t-il à gagner à continuer ainsi ?

Au contraire qu’y a-t-il à perdre à continuer ainsi ?

Si la perte est attendue dans le cas présent, qu’y a-t-il à perdre à mettre en place une médiation ?

Au contraire, imaginer le bénéfice de la mise en place de la médiation vous parait à présent évident.

Une médiation pour arriver à des résultats prévisibles se doit de respecter un certain nombre de paramètres.

  • La formation du ou des médiateurs (pour ne pas risquer de faire obstacle à la médiation il est nécessaire que le médiateur soit en capacité de mettre en oeuvre la distanciation qui est de mise pour toute médiation professionnelle)
  • la mise entre parenthèse de tout rapport d’autorité entre les différents participants à la médiation
  • l’abolition de toute loi et règlements au sein du lieu et du temps où se déroule la médiation
  • des interprètes formés à la médiation professionnelle pour ne pas modifier le message des uns ou des autres ou mieux, des médiateurs capables de communiquer dans l’ensemble des langues des participants

Que va t’il ressortir de la médiation professionnelle réalisée selon les modalités ci-dessus ? La solution en elle-même n’est pas imaginable antérieurement à la médiation. Néanmoins, il est possible de dire comment ça va se passer. Le ou les médiateurs professionnels vont permettre à chaque participant de définir des pré-requis relationnels à la médiation, qui permettront à la médiation de se passer dans de bonnes conditions, et qui permettront de parvenir à un accord. La clarification objective des besoins et des obligations de chacun et leur prise en compte permettra d’avancer sur un projet accepté par tous.

Le médiateur professionnel implique les parties en leur permettant de voir quels sont les pertes qui découlent de la situation afin de construire ensemble un projet pour que chacun soit le moins perdant possible, toujours moins perdant que si la médiation professionnelle ne les accompagne pas…

Un petit extrait de Cicéron. (L’amitié de Cicéron, traduit par ‎Robert Combès), recommandé par Patrick Bouvard)

« Tous les biens que l’homme recherche ne présentent guère chacun de son côté qu’un avantage particulier : la richesse procure des moyens d’action ; les ressources, la considération ; les honneurs, des louanges ; les plaisirs, de l’agrément ; la santé, l’absence de douleur et la pleine disposition de nos forces physiques. Mais l’amitié renferme des biens innombrables ! Où que nous allions, elle est à notre disposition ; Il n’est point de lieux où elle n’ait sa place, de circonstance où elle gène, où elle pèse ; ainsi l’eau et le feu, comme on dit, ne sont pas plus souvent utiles que l’amitié. »

En remplaçant amitié par qualité relationnelle nous obtenons ce que la médiation professionnelle peut apporter entre les peuples.

Mais au fait, qu’est-ce qui peut motiver à venir en médiation quand on n’exprime pas la volonté de s’y impliquer ? Dans une ambiance de type conflictuel, ce qui est flagrant, c’est qu’on ne vient pas en médiation sans qu’il y ait une crainte de l’autre et des conséquences éventuelles d’un refus du dialogue. Alors, si l’on ne vient pas en médiation volontairement, il faut y être contraint. Seule une crainte peut faire venir un protagoniste fortement ancré dans ses certitudes… Pas une crainte qui ne le concerne pas lui-même, une crainte qui l’implique personnellement est certainement plus motivante qu’une menace générale.

On voit ici encore poindre l’idée de la médiation sous contrainte, souvent pratiquée dans les relations politiques et qui devrait être répandue dans les relations citoyennes.

5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Fabien Eon
Admin
10 années plus tôt

C’est vrai qu’en écoutant ce qui se dit par les uns et les autres, les ingrédients du conflit sont plus qu’abondamment présents : enjeux, émotions, jugements, prêts d’intentions,  contraintes…

Et les protagonistes, quel que soit leur bord, appliquent la même stratégie : la surenchère. C’est navrant.

trackback

[…] Que l’on parle au nom des personnes, des organisations, des états ou des coalitions supra-nationales, les intérêts divergent et les solutions unilatérales sont vécues comme légitimes. Ils apportent un ou plusieurs bénéfices à ceux qui les avancent parfois sans égard pour les autres, assuré que chacun est d’apporté LA solution au conflit. Une partie de […] …read more […]

trackback

[…] Que l’on parle au nom des personnes, des organisations, des états ou des coalitions supra-nationales, les intérêts divergent et les solutions unilatérales sont vécues comme légitimes. Ils apportent un ou plusieurs bénéfices à ceux qui les avancent parfois sans égard pour les autres, assuré que chacun est d’apporté LA solution au conflit. Une partie de […] …read more […]