Symposium de la Médiation 2017, Lille

0
405

Les médiateurs professionnels sont chaque année plus nombreux et donc plus présents dans la société. Rassemblés à Lille, ils ont démontré que leur profession est celle du 21ème siècle, puisque que c’est la profession qui a comme champ d’intervention ce qui fait l’essence même de la vie en société : le vivre ensemble. Dotée de l’ingénierie relationnelle, elle est la première profession, nouvelle à toute civilisation, à définir un référentiel pour établir, rétablir ou entretenir la qualité relationnelle.  Le choix du lieu en 2017, le Nouveau siècle, à Lille, en a été un rappel pour le Symposium annuel qui s’est tenu les 19 et 20 octobre 2017.

Les interventions des médiateurs professionnels, exclusivement formés à l’EPMN

Les interventions des médiateurs professionnels, exclusivement formés à l’EPMN,diffèrent de celles des médiateurs issus des centres de formation des courants de pensée psychologiques, juridiques ou religieux.

Vous reconnaissez les médiateurs professionnels parce que non seulement ils sont titulaires du Certificats d’Aptitude à la Profession de Médiateur – CAP’M®, mais en plus ils sont membres de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation- CPMN. Leurs compétences sont liées à une exigence technique, une méthodologie précise qui permet d’accompagner la résolution de conflit en tant que projet relationnel. Parce qu’un conflit est avant toute chose une relation. Certes, une relation dégradée, mais une relation. Et c’est en sachant ce qu’est une relation et en identifiant les mécanismes de dégradation et la qualité relationnelle, que les médiateurs professionnels étendent leur offre de service.

La médiation professionnelle est fondée sur un nouveau paradigme

La médiation professionnelle est fondée sur un nouveau paradigme de ce qu’est une personne auquel résistent des professions traditionnellement ancrées à des représentations fictives.

Avec leurs compétences sur le terrain de la relation, les médiateurs professionnels apportent ce qu’aucune autre profession n’apportaient jusqu’à maintenant : la performance de l’instruction sur le champ de l’éducation. Leur posture est rigoureuse, ce qui garantit la fiabilité du résultat de leurs interventions : ils exercent en dehors de toute  autorité, notamment d’autorité de fonction – et de toute autre, pour promouvoir l’altérité et développer au sein des organisations le référentiel de la qualité relationnelle.

Une profession qui permet de faire évoluer les relations

A Lille, l’heure a été à la Constituante de la Profession. Ce débat fondateur a réaffirmé la profession initiée en 1999 et 2001, avec la création du CAP’M.

Après une première journée d’ateliers, la deuxième journée a permis à tous les participants de mesurer l’évolution de la profession sur les 17 années écoulées. Un moment essentiel dont l’intérêt a été de démontrer son caractère désormais incontournable pour faire évoluer une relation.

La remise des Espoirs de la médiation a été un grand moment

La remise des Espoirs de la médiation a été un grand moment de partage d’expériences et de découvertes sur les intérêts de la médiation professionnelle pour les organisations, notamment pour les accompagnements managériaux, le renforcement du dialogue social et la prévention de la souffrance mentale au travail. On a pu entendre rapporter les balbutiements de l’époque où les débats entre les philosophes et les sophistes ont fait rage, avec la condamnation à mort de Socrate, puis plus tard, sur la trace des Lumières, lors des grands moments révolutionnaires.

Les intervenants ont été unanimes, la Profession de Médiateur repose sur la rigueur, la méthode, la rationalité et la transmissibilité. Elle n’est pas seulement technique : elle est une instrumentation éthique. Elle participe de l’évolution de la vie en société avec une appropriation de la notion d’altérité. De ce fait, elle a un rôle sociétal fondamental, rien de moins que d’intervenir sur l’un des piliers de l’organisation sociale, point fixe du droit, le contrat social, initié au XVIIIème siècle, et d’intégrer de nouveaux fondamentaux :

  • adhésion, avec la liberté de décision
  • reconnaissance, avec la promotion de la qualité relationnelle et de l’altérité
  • entente, avec l’élaboration contributive du projet relationnel

Les échanges ont notamment battu en brèche les fictions cultuelles, culturelles et intellectuelles (tout le monde connait la différence entre le bien et le mal, nul n’est censé ignorer la loi, chacun sait ce qui est normal et ce qui ne l’est pas). La médiation professionnelle permet aux personnes dans une démarche de conduite de projet ou de changement, dans des situations relationnelles pénibles, de mieux conduire leur pensée.

Tout au long de la journée, avec les retours sur les Espoirs des années précédentes, la remise des nouveaux Espoirs de la médiation, les intervenants ont démontré l’étendue de leur champ d’intervention. Avec l’intérêt que les organisations ont pour la qualité relationnelle, initiée parallèlement avec l’ingénierie relationnelle, des pistes importantes ont été indiquées pour accélérer le développement de la profession avant 2020.

C’était la troisième année de la Décennie du droit à la médiation, annoncée à Paris. Bordeaux, en 2015, aura été la première année, puis Lyon en 2016, et cette année Lille. L’année prochaine : Toulouse…

Vous pouvez retrouver l’album photo de l’évènement sur la page

Facebook du Symposium de la Médiation Professionnelle 2017 (cliquez sur ce lien)

Poster un Commentaire

avatar