Fort-de-France, le terrain d’entente aux portes du palais de justice

5
89

Une première en France, au sein d’une Cour d’Appel

La médiation se développe en Martinique. Cette démarche s’inscrit dans la mise en place des dispositifs préconisés par l’Europe pour faciliter la résolution amiable des différends.

Ce mercredi 23 avril 2013, à Fort-de-France, le premier président de la Cour d’Appel, Bruno Steinmann, a fait une première nationale. Il a mis à la promotion de la médiation sa touche personnelle. Lors d’une cérémonie très médiatisée, il a accueilli les nouveaux partenaires officiels que les magistrats et les auxiliaires de justice, avocats, huissiers, experts, pourront recommander aux personnes en conflit : les médiateurs civils.

Les médiateurs professionnels sont très représentés. Ils apportent leurs compétences pédagogiques dans des contextes où la nécessité d’apprendre à s’entendre peut souvent lancer l’inimaginable discussion entre protagonistes.

En concertation avec Rémi Delaunay Belleville, délégué de la chambre professionnelle de la médiation et de la négociation, le premier président, que j’avais rencontré en décembre 2012et février 2013, a organisé cet évènement pour témoigner de l’intérêt que chacun a de recourir à la médiation plutôt qu’à entretenir l’adversité.

A cette occasion, le procureur de la république a souligné que la médiation ne doit pas être considérée comme un moyen de remplacement d’un système judiciaire qui serait démuni face à des réclamations ou des plaintes.

La détermination d’un Premier Président de Cour d’Appel au service de l’entente

Déjà très promoteur de la médiation lorsqu’il était à Toulouse, Bruno Steinmann a exprimé son attachement à une justice qui rapproche plutôt qu’elle ne sépare. Clairement, la médiation est une autre offre au service de la relation. Si le rôle du système judiciaire peut être de réprimer, de sanctionner, de rappeler aux règles communes, celui de la médiation, a indiqué le premier président, est d’aider les protagonistes d’un conflit à comprendre et trouver les moyens de s’entendre.

La société martiniquaise se met à l’heure de la médiation

Sous cette impulsion formidable du premier président Bruno Steinmann, soutenu par les acteurs judiciaires, économiques et politiques de l’île, la société martiniquaise se met à l’heure de la médiation et de la recherche d’amélioration de la qualité relationnelle.

En effet, cette cérémonie réalisée en présence de plusieurs magistrats a été suivie, à 18 heures, d’une conférence à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Fort de France.

La table ronde a été ouverte par Rémi Delaunay-Belleville. Toutes les structures martiniquaises étaient représentées : la profession d’avocat, les huissiers, les notaires, la chambre des métiers, les conseillers prud’homaux, la ville de Fort-de-France, la région… Les échanges ont été conclus, par moi-même, avec l’idée de la médiation obligatoire en France, et avec le premier président, comme un moyen de promouvoir, plutôt que la gestion de l’adversité, la pédagogie du mieux vivre en société et l’altérité citoyenne.

Le propos d’Aimé Césaire “Un petit pas fait ensemble vaut mieux qu’un grand bond en solitaire.” résume bien l’état d’esprit général qui a présidé à cette soirée , laquelle marque une volonté de tous ces acteurs importants pour l’orientation culturelle de la Martinique.

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Fort-de-France, le terrain d’entente aux portes du palais de justice"

avatar
Jérôme Messinguiral
Admin

C’est avec admiration que je vois le travail accompli à Fort de France, c’est au regard de cette réussite que j’en appelle à tous les promoteurs de la médiation sur le continent à se réunir pour se montrer digne de l’héritage que Fort de France vient d’offrir aux individus 

Prosope
Invité

Le projet martiniquais pourrait bien être une affirmation culturelle. Elle pourrait envoyer la France politique sur la touche. Mais il est aussi clair que la volonté est marquée de procéder par petits pas plutôt que de faire de grands bonds même dans le Pacifique…

ROBEIRI Emmanuel
Invité

Un grand Bravo à tous les acteurs de ce pas de géant. Le système judiciaire et la médiation main dans la main au service des citoyens, et réunissant leurs compétences dans l’Idée de la Justice…
BRAVO.

Philippe Jacquet
Invité

Félicitations à tous pour cette avancée qui devrait faire “jurisprudence” à mon sens. Il n’y a plus qu’à voir l’action en marche et les résultats pour faire aussi bien dans l’hexagone.

trackback

[…] sur la photo), à l’écoute et la confiance du premier président de la Cour d’Appel Bruno Steinmann en matière judiciaire, la Martinique a pris de […]

wpDiscuz