Cérémonie de clôture du symposium de la médiation professionnelle

0
1772

Il y a une semaine jour pour jour le symposium 2013 de la médiation professionnelle ouvrait ses portes. Ce symposium exigeant a été l’occasion pour les médiateurs en fin de formation et les médiateurs professionnelle d’échanger et d’acquérir des savoir-faire opérationnels (convention ViaMédiation, négociations assistées par les médiateurs professionnels, cas de médiations rares). La journée du jeudi a mis à l’honneur les travaux des stagiaires et le travail dans une volonté d’amélioration et du professionnalisme des médiateurs professionnels.

Le vendredi après l’assemblée générale annuelle lors de laquelle les rapports moraux et financiers ont permis de prendre l’ampleur du travail accompli pour le développement du droit à la médiation professionnelle mais aussi du défi que nous apporte la décennie de la médiation professionnelle à venir. 2014 sera et restera comme l’année de transition, une année d’accompagnement au changement de paradigme, de la médiation qui vise à soumettre vers la médiation qui vise à libérer et à rendre autonome.

Le CODEOME a subi un petit toilettage lui permettant d’être encore plus opérationnel grâce notamment au travail de Jean-Paul Simonnot.

Le premier débat a mis en évidence et en valeur deux axes de développement de la médiation professionnelle, auprès des avocats, 2 conventions signées à l’heure où sont écrites ces lignes, une synergie au service de la qualité des prestations offertes aux bénéficiaires pour la satisfaction de chacun. Le deuxième axe du débat était l’alternative médiation professionnelle en comparaison à l’alternative QVT ou RPS. Qu’on ne s’y trompe pas, la qualité relationnelle quand elle est dégradée est la première chose qui s’immisce dans la journée de travail et que l’on rapporte chez soi, quitte à le partager en famille. Cet aspect impacte la journée tout aussi clairement que les risques chimiques dans certaines entreprises.

Pour la première fois dans l’histoire de ces rencontres annuelles une place a été donnée à une oeuvre, qui ne correspondait pas aux canons des mémoires visant à l’obtention du CAP’M, mais l’oeuvre était magistrale, un SLAM a mis en musique les notes relationnelles qui inondent la formation CAP’M, comme le dit si bien Renaud Durant de Saint-André dans son refrain, en médiation professionnelle « tu arrives plein de méfiance, tu passes par la défiance, tu repars en confiance » ce qui tend à appuyer la maxime des médiateurs professionnels « un médiateur, une mission, un résultat« . Je ne peux clôturer cette note musicale sans adresses mes remerciements à Jean-Bruno Chantraine pour son accompagnement du SLAM.

L’après midi, deux nouveaux travaux de médiateurs devenus titulaires du CAP’M peu avant le buffet, on lancé une après midi porteuse de sens, de perspectives et de mobilisation. Le premier débat de l’après midi annonce la couleur : « La médiation un paradoxe entre servitude et liberté » qui déboucha sur le Manifeste du droit à la médiation, que d’aucuns s’étonnent que ce droit ne soit pas encore proclamé. Le Code de la Médiation est à  la médiation ce que le code civil est  à l’encadrement de société. Cette nouvelle parution mise à jour permet d’appréhender l’environnement légal de la médiation aujourd’hui.

La remise des espoirs de la médiation ont fait l’objet d’un article complet que vous pouvez visualiser ici, je ne m’y attarderai pas.

La clôture de ce symposium a permis de mettre en valeur une grande dame de l’ombre qui est à l’ouvrage avec son équipe pour préparer en 2013 la mise en place de la décennie de la médiation professionnelle, Elisabeth Sarrato, la secrétaire générale de la CPMN a réaffirmé le rôle de la médiation professionnelle dans la société, visant outiller chacun pour que nous soyons tous des acteurs de la qualité relationnelle.

2014, année de préparation de la décennie de la médiation professionnelle, verra son symposium dans un lieu chargé de cette volonté de transmission de savoirs.

En route pour la décennie !!!