Ethique et déontologie en médiation : petit lexique supplémentaire pour les très nuls

1
1128

Petit lexique pour les curieux et les nuls

Ce petit lexique ne dispense pas d’une étude approfondie du Code d’éthique et de déontologie des médiateurs, outil de réflexion des médiateurs professionnels. Quant à ce lexique, il est utile pour les personnes qui pourront réfléchir sur la portée de néologismes tels que “déjudiciarisation” et “amiabilisation” …

Altérité : l’altérité est une posture associée à l’éthique et à la philosophie. Elle consiste à reconnaître l’autre en tant qu’il est différent de soi et que ses modes de fonctionnement lui sont propres ;

Altérocentrage : posture que j’ai définie pour les formations à la médiation professionnelle et développée exclusivement à l’EPMN. Ensemble de savoirs-faire visant à aider une personne à clarifier son positionnement en vue de prendre des décisions rationnelles  pour développer un projet ; compétence permettant à un médiateur professionnel d’aider une personne à structurer sa pensée, dans une relation d’altérité. Etre altérocentré, c’est aider à réfléchir. L’altérocentrage consiste à observer et écouter pour restituer ce qui est exprimé, de manière contextuelle, en établissant des liens de sens (causes-effets).

Confession : propos tenu dans un contexte intimiste ; celui qui reçoit est un confesseur ; évoque la crainte d’une réprobation ou d’une antipathie.

Confidence : propos tenu dans une relation de confiance et repose sur une quête de sympathie ; celui qui reçoit est un confident ; évoque une relation de sympathie.

Confidentialité : condition dans laquelle est reçue une information ; évoque une relation professionnelle.

Distanciation : posture du médiateur professionnel, acquise à l’EPMN et entretenue au sein de la CPMN, qui permet de garantir avec rigueur l’impartialité, l’indépendance et la neutralité.

Droit à la médiation : repose sur le « principe de sauvegarde du libre arbitre ». Il vise à permettre à des personnes exposées à un différend de recourir à un tiers pour les aider à trouver une issue amiable plutôt que d’exercer un « droit à la justice » avec le recours à des tiers dont la finalité implique la négation de la liberté de décision. Ce nouveau droit est fondé sur l’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’homme « Tous les hommes naissent libres… » et a pour objectif d’entretenir cette liberté, mais n’est reconnu dans aucun pays en 2013.

Echec en médiation : conduire une médiation qui aboutit à laisser les parties reverser dans l’adversité, en se disant que c’est de leur faute ou de leur responsabilité, sans constater que c’est les limites de compétences du tiers qui en sont la cause.

Empathie : disposition qui permet d’identifier et de restituer par mimétisme ou énonciation selon sa propre expérience, les états affectifs et émotionnels d’autrui.

Médiation : ce concept recouvre des pratiques diverses visant à faire circuler des informations grâce à l’assistance d’un tiers, le médiateur. Le terme de médiation est polysémique. Il est utilisé en droit de manière indifférente pour désigner l’intervention de tout tiers entre les protagonistes d’un conflit, qu’il soit arbitre, conciliateur, régulateur de marché ou conseil. D’une manière générale, le médiateur est un accompagnateur de décision, limité dans ses interventions par une autorité tutélaire.

Médiation professionnelle : La médiation professionnelle est un mode d’intervention d’un tiers, le médiateur professionnel, exclusivement membre de la CPMN et spécialiste de l’ingénierie relationnelle, formé par l’EPMN. Ce professionnel actualise chaque année ses connaissances et compétences. Ce mode d’intervention porte sur la qualité et la dégradation des relations. Il constitue une facilitation dans la conduite de projet. Les médiateurs professionnels utilisent des processus structurés d’intervention pour la résolution des différends. Au regard du système judiciaire au civil, qui in fine va de paire avec la privation de la liberté de décision, puisqu’un tiers se substitue aux parties en conflits, la médiation professionnelle est la seule pratique visant la libre décision assistée par un tiers.

Principe de sauvegarde du libre arbitre : ce principe est fondé sur l’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’homme. Il est mis en évidence dans le cadre du développement de la médiation professionnelle, en tant que discipline de la qualité des relations humaines et de l’aide à la prise de décision.

Sympathie : tendance à éprouver des sentiments ou des émotions de manière simultanée à une autre personne, en abondant dans le même sens.

Et si vous êtes en mal de définition sur la médiation, que ce soit la médiation pour obéir ou la médiation professionnelle, vous pouvez consulter le wikimediation.

Après cette série d’articles, vous pouvez allez voir le contenu des codes des diverses organisations vendeuses de prestations de médiation.

Pour prolonger :

  • Code de la médiation et du médiateur professionnel, 2014, Maître Agnès Tavel, préface de Bruno Steinmann, 1er président de la CA de Fort-de-France
  • Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, René Descartes
  • Discours de la servitude volontaire, ou le contr’un, d’Etienne de la Boétie
  • www.wikimediation.org l’observatoire international de la médiation.

C’est pour l’instant le dernier article sur la notion de distanciation, vue sous l’angle de l’indépendance en médiation… professionnelle. Si vous souhaitez en savoir plus, les formations exclusives de l’EPMN vous sont ouvertes.

Dossier sur l’éthique et la déontologie en médiation, pour les nuls

trackback

[…] Petit lexique pour les curieux et les nuls Ce petit lexique ne dispense pas d’une étude approfondie du Code d’éthique et de déontologie des médiateurs, outil de réflexion des médiateurs professionnels. Quant à ce lexique, il est utile pour les personnes qui pourront réfléchir sur la portée de néologismes tels que “déjudiciarisation” et “amiabilisation” … […] …read more […]