¿ El derecho a la mediación ?

0
1578

¿Hacia la mediación obligatoria? Europa apuesta por descargar los juzgados

  • La mediación supone menos del 1% de todos los casos de conflicto en la UE
  • Los juicios pueden costar casi 25.000 euros; la mediación no cuesta más de 10.000

En France le droit à la médiation est porté par la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation, l’Ecole Professionnelle de la Médiation et de la Négociation et ViaMédiation.

Au delà des considérations financières et techniques, le droit à la médiation c’est l’assurance de la liberté individuelle de décision. C’est la possibilité pour chacun de pouvoir s’exprimer et de s’affirmer sans empêcher l’autre de s’exprimer et de s’affirmer. C’est la rencontre de deux affirmations non conflictuelles qui permettent un accord amiable et durable.

Le manifeste pour le droit à la médiation est la marque de l’engagement sociétal de la médiation professionnelle sur ce qui fait sa spécificité : la qualité de relations. A ce titre, on note une transversalité de notre approche. Les relations avec l’autre sont de qualité quand elles sont menées en altérité. L’altérité, ce n’est pas comprendre ce que l’autre vie, c’est accepter que l’autre a des solutions personnelles aux problèmes qui ne sont pas forcément les siennes.

L’altérité, c’est considérer comme préalable à la rencontre avec l’autre, que ce qui est bon pour soi ne concerne que soi. Etre une page blanche permet de reconnaître l’autre en fonction de ce qu’il nous donne comme information et non en anticipant ce qu’il doit être, qui il doit être, comment il doit être (ou encore faire ou savoir).  Le droit à la médiation, c’est la possibilité pour chacun d’exprimer ce qu’il a à dire, de montrer ce qu’il pense, de faire ressentir ce qu’il aperçoit.

D’autres pays y pensent, se réunissent, en parlent, débattent, mettent à l’épreuve des situations rencontrées ce que pourrait apporter le droit à la médiation, ce qui en son temps pourrait être comparé au droit de s’exprimer, cette liberté d’expression qui n’est pas la liberté de dire n’importe quoi, mais bien la liberté de dire ce qui est.

Le droit à la médiation…un devoir de transmission de la parole non conflictuelle.

Avoir le droit de dire ce qui EST n’est pas chose aisée. En effet, nous avons l’habitude dire ce que nous PERCEVONS de la réalité.

cecinestpas

Non, ceci n’est pas une fleur de tournesol, c’est une photo de fleur de tournesol.

Structurer sa pensée pour se rapprocher de ce qui est (indépendamment du spectateur) c’est le premier pas vers des propos non conflictuel (ce n’est pas le seul). Dès l’école, l’apprentissage de l’usage de la raison, c’est permettre à chacun d’avoir en sa possession des outils pour comprendre le monde.

Le droit à la médiation passe par la pédagogie dès l’école et tout au long de la vie.

Les bases acquises à l’école ne permettent pas d’éviter tous les conflits, à condition déjà d’être d’accord sur la définition du mot conflit, ou du moins de ce qu’il recouvre concrètement. Partons de ses composantes : un élément juridique, un élément technique et un élément émotionnel.

Tant que le différend est d’ordre technique ou juridique, les outils peuvent être mis en oeuvre par soi-même, pour soi-même.

Quand la composante émotionnelle prend le pas sur les autres, la raison vacille, le doute, la suspicion, la méfiance prennent le dessus et seul il est bien difficile de reprendre ses esprits, le conflit est là.

L’émotion qui dirige la raison c’est comme si un aveugle décrivait à un sourd qui retranscrirait les informations récoltées à un muet qui les transmettrait au destinataire final. Il est donc vain de vouloir s’appliquer à soi ces outils quand la dynamique conflictuelle a pris le dessus. Il est nécessaire de passer par un tiers. Un tiers de confiance c’est encore mieux.

trois-singes

Le droit à la médiation c’est donc aussi le droit d’accéder à un professionnel, dont la formation est un gage de qualité, et dont le code d’éthique et de déontologie pose le cadre de ses interventions.

Le temps et l’argent économisés ne sont que des conséquences (positives) de l’exercice de sa liberté. Le droit à la médiation est une liberté individuelle.

Venez à la rencontre des médiateur(e)s professionnel(le)s pour apprendre comment exercer votre droit.


Article en espagnol d’où sont tirées les premières lignes (en espagnol) de cet article:  ¿Hacia la mediación obligatoria? Europa apuesta por descargar los juzgados – elEconomista.es