Les revendications des Médiateurs Professionnels

0
585

Précédemment, j’ai présenté la Charte des Médiateurs Professionnels. Ici, je vous propose de revenir sur les revendications des Médiateurs Professionnels. En effet, la création d’une profession n’est pas sans bousculer. L’empêchement vient de plusieurs facteurs. La frilosité par rapport à tout changement est sans doute dominant. Le télescopage des enjeux économiques liés au développement de cette nouvelle profession en rajoute. La mise en cause des prés carrés sociologiques, institutionnels se combinent avec un modèle d’autorité qui joue des habitudes dans les rapports sociaux.

Oui, les Médiateurs Professionnels revendiquent

La Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation – CPMN est la première organisation syndicale. Elle a été fondée en 2001. Elle s’est donc naturellement affirmée comme la seule représentative de la Profession de Médiateur.

Elle a porté le projet des dispositifs de médiation obligatoire et du droit à la médiation. Et des dispositifs obligatoires sont apparus.

Au passage, vous notez la différence ? Ce n’est pas la médiation qui est devenue obligatoire, ce sont des dispositifs. C’est à dire que le recours à la médiation n’est pas obligatoire. Mais c’est un pas de franchi. D’autant plus que dans certains cas, désormais, en matière familiale et pour les différends d’un montant inférieur à 5.000 euros, la médiation est un préalable à l’action judiciaire. Les opposants à la médiation obligatoire, ceux qui la considéraient comme un absurdité se sont bien engouffrés dans des dispositifs comme celui de la médiation de la consommation qui est quand même un dispositif dont le caractère est très équivoque en matière de justice sociale. En effet, faire une obligation à des professionnels d’avoir un médiateur de la consommation, et donc de payer une sorte d’assurance alors qu’ils n’ont pas de contentieux, c’est abusé. C’est pourquoi la Société de la Médiation de la consommation limite au maximum les frais d’adhésion à son service. Pour cela, d’ailleurs, la Médiation Professionnelle offre une plateforme de saisine très simple d’accès.

Mais les revendications des Médiateurs Professionnels vont bien au delà. Et nous ne faisons pas suffisamment connaître. Ce n’est pas long à lire, et c’est porteur d’un véritable projet global d’intervention professionnelle. C’est pour cela que nous oeuvrons dans la perspective d’un projet sociétal sur au moins le siècle à venir.

Revendications des Médiateurs Professionnels

  • Faire inscrire le Droit à la médiation dans la constitution comme un droit fondamental
  • Faire adopter la Médiation Professionnelle comme préalable à l’action judiciaire en matière civile, prud’homale et commerciale, comme un droit opposable
  • Instituer la médiation obligatoire dans tous les cas de violence impliquant des personnes proches (couple, famille, voisins, collègues de travail, associés…)
  • Mettre en forme un Code officiel de la médiation porteur de clarifications et de cohérence dans la pratique de la profession et la mise en œuvre des dispositifs
  • Instituer un médiateur référent au sein de chaque entreprise, garant de l’entretien de la qualité relationnelle et de la résolution des conflits par la médiation
  • Intégrer une clause de médiation préalable dans les contrats de travail
  • Faire entrer des enseignements à l’ingénierie relationnelle dans les formations des représentants du personnel
  • Faire entrer des enseignements à l’ingénierie relationnelle dans les formations des responsables des ressources humaines
  • Adopter la terminologie Médiateure Professionnelle pour les praticiennes
  • Mettre en place une commission consultative de la médiation, en charge de donner des avis sur les textes concernant la médiation et les MARC dans le respect du principe démocratique de consultation préalable des professionnels concernés
  • Abroger les mesures de sectorisation de la médiation par l’Etat (tels les textes sur le diplôme d’Etat de Médiation Familiale – DEMF en France). Ce sont les médiateurs professionnels qui décident de leurs interventions. Il ne peut y avoir de spécialité préalable.
  • Intégrer l’ingénierie relationnelle dans les enseignements du primaire et du secondaire, avec des intervenants formés par l’EPMN, avec une formation continue, de sorte à garantir la qualité et la fiabilité de leurs prestations
  • Instituer une journée ou semaine ou fête (nationale ? Internationale?) de l’entente sociale.

Pour conclure, ma recommandation : pour intervenir efficacement dans ce champ de compétence, soyons légers