Les qualités d’un Médiateur Professionnel

0
1058

Souvent, la question m’est posée : quelles sont donc les qualités d’un médiateur professionnel ? Que faut-il avoir comme disposition naturelle pour s’engager dans la Profession de Médiateur ?

Pour aborder ce sujet, il est nécessaire de faire une distinction. Les qualités des médiateurs ne sont pas les mêmes selon au moins deux critères :

    1. la manière dont on se représente ce qui fonde la motivation humaine,
    2. le sens qu’en tant que professionnel on donne aux relations.

L’enjeu est simple : quel est le rôle sociétal d’une profession au regard des réponses aux besoins des citoyens. Sans identification de ce rôle, peu importe les qualités de l’intervenant, peu importe qu’il ne se distingue pas des autres professions d’aide aux autres, pourvu qu’il s’intègre dans la conformité de ce qui existe déjà.

Pour autant, si au début des années 2000 jusqu’en fin des années 2010, la différence terminologique était claire entre « médiation traditionnelle » et « Médiation Professionnelle », l’usage s’est imposé : l’EPMN et la CPMN ne sont plus les seules structures à se revendiquer de la « profession de médiateur ». Certes, ces organisations ont proclamé la « profession du 21ème siècle », mais désormais, le monde de la médiation a investi le concept et cherche à se l’approprier. Pourtant, de grandes différences perdurent. La démarche éthique et déontologique, le référentiel technique, méthodologique et les dispositifs ne sont pas du tout identiques. La représentation des interlocuteurs, leurs motivations, l’approche de la relation et de la conflictualité constituent autant de possibilités de distinction. Mais l’appropriation par la « médiation traditionnelle » des expressions utilisées en « Médiation Professionnelle » tend à flouter les différences. Néanmoins, le postulat qui amorce les deux conceptions creuse déjà l’écart. Le paradigme sociétal n’est pas le même. La médiation traditionnelle repose sur le paradigme du « Contrat Social », tandis que la Médiation Professionnelle repose sur le paradigme de « l’Entente Sociale ». Le premier en appel à une résignation au regard de contrainte de la vie en société, avec une tutelle considérée comme naturelle ; le second en appel à une promotion de la qualité des relations, à une approche entretenue et pédagogique de la liberté de décision.

Ainsi, je vais tâcher de vous permettre d’identifier ce qu’est un Médiateur Professionnel. Sachez bien retenir les nuances, parce que parfois il en va d’une subtilité inattendue dont les conséquences sont importantes dans la forme et dans le fond de l’intervention du tiers.

Réponses en médiation traditionnelle

Des réponses sont apportées, perchées sur les hauteurs des habitudes de pensée : il faudrait avoir de l’écoute, être optimiste et humble. Il faudrait avoir de l’empathie et être bienveillant. Il faudrait savoir identifier les intérêts des parties et s’assurer de leur bonne foi. Il faudrait témoigner de compassion. Il faudrait pratiquer l’écoute active et la reformulation. Il faudrait aussi être ancré dans la responsabilité au regard des droits et des obligations, savoir faire prendre conscience de l’importance des engagements et, dans un souci de cohérence, savoir accompagner la résilience. Il faudrait savoir gérer les émotions et les stratégies de manipulation. Il faudrait savoir dispenser l’idée du pardon, pour créer une harmonie interpersonnelle dont la source alimenterait la plus haute aspiration humaine à la spiritualité. Enfin, il faudrait savoir inciter les personnes à signer un accord. La réussite totale se vérifierait par les mains qui se serrent. Le bon sens, l’intuition et le feeling du médiateur serait aux fondations de ses aptitudes naturelles.

Réponses en Médiation Professionnelle

En Médiation Professionnelle, la réponse est de type méthodologique, posturale et techniques. L’ensemble des éléments identifiés sont présentés dans le Dictionnaire encyclopédique de la médiation que j’ai publié chez ESF Sciences-Humaines. Je peux catégoriser les qualités qu’un Médiateur Professionnel doit rendre opérationnelles pour réaliser ses missions dans la perspective de leur aboutissement. En voici un tableau de synthèse :

Méthodologie

Posture

Techniques

Aider les autres dans la conduite de leurs pensées, par l’usage de la rationalité

Maintenir un processus structuré dans la conduite des entretiens individuels et des réunions

Contribuer à la recherche méthodologique (CREISIR)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Distanciation

Indépendance relativement à toute forme d’autorité

Neutralité relativement à toute idée de solution, même celle annoncée au début du processus

Impartialité relativement aux enjeux et intérêts énoncés

Engagement par le Code d’éthique et déontologique de la profession (le CODEOME)

Soutien à ses collègues dans leurs recherches et leurs interventions

Promotion du Droit à la médiation (cf. Manifeste)

 

 

Altérocentrage, Restitution de sens, confrontation aux contradictions…

Analogies et métaphores

Déployer la discursivité et les méthodes de raisonnement visant l’identification des « donner prise » et la posture du « lâcher-prise »

Repérer les invariants de la dégradation relationnelle

Repérer les invariants facilitant la création ou la recréation de la qualité relationnelle

Identifier les limites de la pensée pour stimuler l’ouverture à l’imagination

Accompagner l’identification de l’issue la plus adaptée à la liberté de décision

 

Ainsi donc, sachant que cette pratique de la médiation est nouvelle, le Médiateur Professionnel doit d’autant plus s’inscrire dans une logique de formation permanente. Il est dans une continuité d’apprentissage, de perfectionnement et de transmission pédagogique dans le champ des relations, quels que soient leurs contextes et environnement. C’est là qu’est le véritable secret de la posture d’un médiateur professionnel.

En une phrase : le Médiateur Professionnel est un acteur sociétal de promotion des ententes et de « l’Entente Sociale », formé à « l’ingénierie relationnelle » et au référentiel de la « qualité relationnelle ».