Le risque relationnel est-il de même nature que le risque sanitaire ?

0
1538

Dans une période où la notion de “risque” est très répandue, en tant que spécialiste en matière de risques relationnels, je témoigne de mon expérience. Dans cette vidéo, je rappelle l’historique des “risques psycho-sociaux”, situés dans le champ de l’entreprise, avec les “risques professionnels”, pour tracer l’imprégnation dans la vie en société.

J’ai fait le constat que la culture du risque est la promotion de la crainte, de la défiance, de la méfiance, de la division ; c’est créer de l’insécurité, du désordre, du stress, de la conflictualité.

Le mécanisme de l’emprise de la culture du risque

Le mécanisme est simple, manipulatoire : il désigne des fautifs potentiels et des victimes éventuelles. Les uns sont destinés à être sanctionnés, les autres sont destinées à être plaintes. Les premiers sont minoritaires, tandis que les autres sont le plus grand nombre. Ainsi, la promotion de la culture du risque ne peut qu’avoir de l’emprise.

Auteur, chercheur, je raconte l’observation de la diffusion médiatique du “principe de précaution”, jusqu’à l’adoption de lois visant à réprimer les personnes considérées comme délinquantes au regard des risques incriminés. J’accompagne le parallèle avec le déploiement de mesures sanitaires qui impactent désormais la vie citoyenne. Je dis comment il est possible d’aborder une situation considérée comme “à risque”.

L’urgence pédagogique est possible

A l’issue de cette vidéo, vous saurez sans doute répondre à cette question : “Le risque relationnel est-il de même nature que le risque sanitaire ?”

La culture du risque est contreproductive. Elle est génératrice d’une motivation a contrario, par rejet, exclusion et marginalisation. Tout est d’abord une question de posture et de manières de considérer les comportements et les actions.

Je propose une solution face à la mentalité du risque. Je préconise les savoir-faire en Qualité Relationnelle et en Entente Sociale. Depuis 20 ans, cette technicité relationnelle a des résultats au sein des organisations et c’est un devoir citoyen d’en faire la promotion aujourd’hui.

Vous saurez sans doute, retirer de cette intervention, très isolée dans le brouhaha des discours contradictoires, que la pédagogie, l’enseignement, la formation sont des réponses – même dans l’urgence – garantes du bien vivre ensemble.

En peu de mots : plutôt cultiver la confiance que la méfiance pour entretenir, développer, restaurer ou instaurer l’Entente et la paix sociale…

Article précédentConflit pour une piscine
Article suivantDécouvrez la Profession de Médiateur
Avatar
"Je prends de l’avance sur les générations futures." Chercheur en Ingénierie relationnelle et médiation professionnelle - CREISIR. Directeur de publication de L'Officiel de la Médiation, initiateur de la Médiation Professionnelle et du droit à la médiation, auteur de "Pratique de la médiation professionnelle" (ESF Sciences Humaines), du Dictionnaire de la Médiation (ESF sciences Humaines), de "Et tu deviendras médiateur et peut-être philosophe" (Médiateurs Ed.), Président de l'EPMN. "... La vie ne m’a pas déçu ! Je la trouve au contraire d’année en année plus riche, plus désirable et plus mystérieuse..." Friedrich Nietzsche, Le gai savoir, aphorisme 324, 1882