Conflit pour une piscine

0
750

Relations délicates entre copropriétaires

Monsieur Bertrand achète un bien dans une co-propriété. Il arrive dans son appartement, voit le potentiel et se dit qu’il va agrandir, faire une suite parentale et une petite piscine, dans les normes. Il va voir le syndic, car il n’y a que trois logements, le syndic lui dit oui vous êtes proprio, pas de problèmes.

En fait, il n’a pas le droit de fouiller le sol. De plus il réhausse une terrasse et modifie l’aspect de la façade; une amitié cordiale s’était nouée entre les trois propriétaires. Elle tient bon malgré les travaux qui commencent, et leur questionnement à monsieur X qui dit qu’il ne fait pas de gros travaux… Profitant d’une absence de Monsieur Bertrand, ils demandent alors aux ouvriers qui leur répondent, non-non, il n’y a pas de travaux majeurs, alors que piscine et pièces sortent de terre, en toute illégalité.

Au bout de quatre ans de conflits larvé, il y a une altercation, avec menace de mort, et harcèlement. Il y a un dépôt de main courante suite à une menace de lui casser les deux jambes, et l’un des voisins du dessus qui lui a craché à la figure. Ceux du milieu sont plus neutres, mais ceux du dessus sont bien remontés. Ils créent un syndic bénévole, “nous aussi on va faire des terrasse et on va te pourrir la vie…”

L’affaire est envoyée à un syndic judiciaire, qui l’envoie à un nouveau syndic. Ils ne se parlent plus depuis 4 ans.

Les conseils avocats experts attendent, et ils me disent :

– “On attends de voir la médiation avant d’appuyer sur le bouton rouge”.

Finalement, à l’issue de la médiation, monsieur Bertrand et sa femme, qui sont très à cheval sur le droit, admettent qu’ils ne sont pas dans la légalité, et sont d’accord pour reboucher la piscine, et bloquer l’accès à sa terrasse, pour que chacun puisse un jour vendre séparément son bien. Un accord sur tous les points est trouvé, les avocats n’ont plus qu’à rédiger un protocole de mémoire des engagements pris de part et d’autres.

Monsieur Bertrand décide finalement d’oublier cette altercation du crachat qui avait mit le feu au poudre et blessé profondément son honneur. C’est ce qui a été le plus difficile pour lui. Dépasser sa fierté blessée…

Jean-Bruno Chantraine est Médiateur Professionnel. Depuis plusieurs années, il intervient dans des situations relationnelles très dégradées, parfois à grands risques où la menace, l’affrontement, et même la violence sont des composantes. Il nous propose ici une série d’enregistrements de sa chronique sur Sud FM