Avocat et médiateur professionnel : est-ce possible ?

0
626

La médiation professionnelle et son ingénierie relationnelle m’ont beaucoup apportés en termes de pratique professionnelle.

Mes clients ont parfois eu le sentiment de ne pas être entendus. Ils se détournent de l’arbitrage. Ils changent d’Avocat, de Notaire, de Conseil. Ils sont frustrés et mécontents de devoir se soumettre à la décision d’un juge, dans des domaines qu’ils maîtrisent mal. Ils s’épuisent émotionnellement en procédure. Les dépenses qu’ils engagent pour se défendre les pénalisent finalement eux-mêmes lourdement.

Une médiation avec leur adversaire leur aurait pourtant permis de résoudre leur conflit de façon pérenne. Cependant, ils ne savent pas comment s’y prendre. Ils pensent d’avance que cela n’est pas possible.

Un tiers pourrait les aider, le médiateur professionnel. Grâce à son approche rationnelle celui-ci pourrait les accompagner dans leur réflexion. En posant un autre regard sur la situation et sur la personne avec qui ils sont en conflit ils pourraient réussir à trouver de nouvelles solutions jusqu’alors impensables.

C’est pourquoi j’invite souvent mes clients à s’engager dans un processus de médiation préalable. Lorsque j’interviens comme médiateur je n’interviens plus en qualité d’Avocat.

Ce que la médiation professionnelle m’a apporté c’est en résumé une nouvelle posture en altérité pour aider mes clients à quitter l’adversité et à s’engager dans la voie de la libre discussion.

EN QUALITE DE MEDIATEUR

J’aide mes clients à verbaliser et valoriser leur point de vue, librement. Grâce à ce travail de reconnaissance, je les aide à développer une véritable affirmation de soi ni agressive, ni arrogante. Ils pourraient ainsi découvrir que derrière une contrainte se cache souvent un non-dit. Cette demande non exprimée, si elle était énoncée clairement, rationnellement, à la première personne, pourrait finalement être entendue et peut-être satisfaite.

De la même façon je les aide à accueillir le point de vue de l’autre, en temps qu’autre, en lui adressant la même reconnaissance.

Indépendante, neutre et impartiale, j’adopte une posture en altérité et non en empathie. Je n’exerce pas mon propre jugement. Je ne me mets pas « à la place » mais « à côté », pour libérer la parole, aider à l’expression des émotions. Mes clients sont ainsi en mesure de décider pour eux-mêmes, en fonction d’eux-mêmes.

EN QUALITE D’AVOCAT EXPERT DU DROIT

L’ingénierie relationnelle m’a aidé à éclairer mes clients sans chercher à les influencer. Si l’émotion, les conduit dans une impasse, entrave leur libre décision je les aide à en prendre conscience. Je m’exerce à démontrer factuellement les différentes options, de façon la plus rationnelle et pédagogique possible, sans exercer mon propre jugement, sans chercher à convaincre, sans moi-même décider pour l’autre.  Cette posture me permet d’établir une solide relation de confiance avec mes clients.

Elle m’a aidé à proposer des solutions dans des situations où les parties ne pensaient pas pouvoir s’entendre.

A titre personnel, la médiation m’a également beaucoup apportéé.

Elle m’a permis d’accueillir les situations, les dossiers, avec plus de distance, pour mieux vivre au quotidien et mieux m’impliquer.

De plus en plus d’Avocats s’intéressent et se forment à la médiation professionnelle et à l’ingénierie relationnelle, ce qui permettra certainement à leurs clients, en adoptant une approche plus contributive, de mieux résoudre leurs conflits.

C’est de façon plus générale, de mon point de vue, le moyen d’atteindre une meilleure entente sociale.

Pour conclure je citerais une Fable de La Fontaine : « Le roseau dit au chêne) : « Les vents me sont à moi moins redoutables. Je plie et ne romps pas »