Vous avez entendu l’expression « on a qu’une seule fois l’occasion de faire une bonne impression », non ?

Outre le fait que la formule est incorrecte, celle-ci est issue d’une citation de la célèbre créatrice Coco Chanel qui avait déclaré : « vous n’aurez pas deux fois l’occasion de faire une bonne impression »… cette phrase est souvent employée dans le domaine des commerciaux qui ne disposent que peu de temps dans leur prospection…

Cela étant, même si nous rapportions grammaire et origine, que signifie réellement une telle expression ?

Faire bonne impression est défini par le fait de donner une bonne image de soi, se montrer sous son meilleur jour. Mais comment savoir si par rapport à votre interlocuteur, vous allez, même avec la meilleure volonté du monde et tous les efforts déployés, faire une « bonne impression » ? Comment savoir si vous allez lui plaire ?

La question revient souvent dès lors que vous entrez en relation avec les autres ; elle se pose dans tous les domaines de la vie, privée, professionnelle et publique.

La question pose parfois problème au point qu’il nous arrive d’affirmer  avec agacement « j’en ai rien à faire de ce que l’on pense de moi »… mais  un sentiment de désillusion et de frustration s’en trouve mêlé.

A mieux y réfléchir, les relations humaines ne sont pas aussi évidentes qu’elles n’y paraissent. Peut-être vous est-il arrivé de ne pas comprendre pourquoi l’autre a réagi de telle et telle manière, ou vous a ignoré, ou vous a mal ou pas du tout compris.

Alors, première question que je vous poserais : pourquoi vous voulez « faire une bonne impression » ? Vous voudriez plaire à votre interlocuteur mais dans quel but ?

Deux possibilités : soit votre interlocuteur a des aspirations similaires aux vôtres et fonctionne sur les mêmes « codes » et dans ce cas, tout devrait bien se passer. Peu importe la première impression. Soit celui-ci ne « fonctionne » pas comme vous et c’est sans doute les difficultés qui commencent surtout si vous devez passer du temps avec lui, de part des exigences professionnelles par exemple…

Alors, vous devez vous poser une autre question : quelle est la durée de l’interaction que vous entreprenez avec votre interlocuteur ?

Si l’interaction est courte, alors la première impression peut être importante. Si l’interaction est faite pour durer, alors la première impression est des plus secondaires et il y aura de la marge, pour se rattraper parce que comme le disait Jean de la Fontaine, c’est le fond qui est le plus important ! je vous renvoie au laboureur et ses enfants.

En fait, ce que vous cherchiez en définitive, ce n’était pas de « plaire » mais sans doute d’avoir une bonne communication avec cette personne. Vous voulez faire en sorte que  que votre interaction soit fluide et que vous puissiez vous comprendre et donc être sur une même « longueur d’ondes de communication ».

Alors généralement, on se dit que pour bien communiquer, il faut être courtois, respectueux et poli ! c’est une question de culture et de circonstances. Il en va de même pour cette première bonne impression de laquelle je vous invite à vous défaire. Travaillez le fond. Soyez attentif à votre interlocuteur. Faites les concessions qui vous semblent nécessaires mais ne sacrifiez rien parce que vous pourriez lui en faire le reproche et peut-être pire vous en faire le reproche.

La relation aux autres passe avant tout par l’altérité. Mais de quoi s’agit-il ?

L’altérité est une posture évocatrice de l’accueil de l’autre en tant qu’il est l’autre, sans chercher à y appliquer son propre référentiel. L’accueil s’entend non pas en termes d’empathie ou de respect, mais d’accueil des différences. Le premier impact est que l’autre se sent reconnu en tant que tel et là, peut commencer une véritable communication. « Je ne partage point cette erreur commune de juger d’un autre d’après ce que je suis » avait déclaré Montaigne.

Alors que diriez-vous de tenter l’expérience vers le chemin de l’altérité : soyez tel que vous êtes mais en revanche, tentez la posture d’accueil de l’autre en tant qu’il est autre… cela pourrait changer votre manière d’interagir et qui sait, de vivre sans crainte ni contrainte… le médiateur professionnel que je suis vous dira… c’est à vous de jouer !

Avec la Médiation Professionnelle, subir ou choisir, c’est vous qui décidez !

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments