Espoirs de la médiation : avocat et médiateur professionnel, du monde des affaires à celui des relations

0
1336

La nouvelle profession de médiateur peut apparaître concurrente de la profession d’avocat, en tant qu’elle est extérieure au système juridico-judiciaire. Avec la médiation professionnelle, le différend sort au moins pendant la durée du processus, du système pour lequel l’avocat a reçu une formation. C’est le cas lorsqu’un cabinet développe ses activités en privilégiant le contentieux et l’accumulation des procédures au détriment de l’intérêt de leurs clients. Ce n’est plus le cas lorsque l’avocat exerce sa profession en aidant ses clients à trouver la meilleure, voire la moins pire des solutions possibles compte tenu de l’état de la situation et des relations telles qu’elles leurs sont présentées.

Pour y voir plus clair dans les relations interprofessionnelles avocat/médiateur, il faut relever qu’il existe deux types de médiation : une médiation qui s’enferme dans une mission d’auxiliaire de justice et une médiation, la médiation professionnelle, qui se fonde sur le principe de sauvegarde de la liberté de décision et s’engage sur le terrain que Bruno Steinmann, premier président de la Cour d’Appel de Fort-de-France, a identifié comme celui d’une “évolution de la citoyenneté”. La première fonctionne sur le principe que l’appel à un professionnel du droit enferme l’affaire dans la juridicisation. C’est ce que Frédéric Lauze, médiateur de la police nationale, a appelé une “vision carcérale du droit” : Vous faites appel à un juriste, vous ne pouvez plus rien faire sans le juriste. Or, un différend entre des personnes peut se résoudre à tout moment par un changement de manière de considérer certains aspects du conflit de la part d’un seul des protagonistes, ou des deux.

Dès lors qu’un avocat fonctionne sur le principe de la satisfaction de ses clients, il peut travailler en relation avec un médiateur professionnel dans un esprit de complémentarité. Ensemble, ils contribuent à apporter à leurs clients les moyens de mettre un terme à des différends. Ensemble, ils peuvent accompagner les projets issus de l’inventivité des personnes comme ceux issus de la clôture de différends.

Ainsi, avocats et médiateurs professionnels, plus que des auxiliaires de justice limitant leurs services au système des injonctions et des procédures, sont des partenaires de l’accompagnement des projets d’une clientèle. L’un exerce en tant que facilitateur relationnel et de l’émergence de la définition d’un projet, l’autre intervient pour l’encadrer quand c’est nécessaire et anticiper des aspects déjà énoncés par le droit.

De cet espoir est en train de naître un réseau de professionnels du droit qui souhaitent échanger sur ces relations tissées entre ceux qui accompagnent les justiciables et ceux qui accompagnent les “médiables”, deux catégories de personnes qui regroupent les mêmes individus aux besoins différents et complémentaires. Ce réseau fait partie du réseau ViaMédiation et regroupera les professionnels du droit rejoignant les cabinets d’avocats Ax’Avocat, Acta Antilles, Maitre Patrick Wallon. Pour animer ce réseau, Anne Daniel-Richardson compte sur Maître Agnès Tavel, avocate et Maître Christine Vales, huissier de justice, chacune également médiateure professionnelle.

Plus d’infos sur ce réseau, contacter ViaMédiation