Mercredi 15 mars à Cavaillon a eu lieu la première conférence en Vaucluse des médiateurs professionnels, les 3 mousquetaires (Gaétane Catalano, Michel Thérin, Gérard Thiel) et leur Dartagnan (Edith Delbreil) ont mis les petits plats dans les grands pour partager avec la cinquantaine d’entrepreneurs présents.

La Maison des Jeunes et de la Culture a accueilli la première conférence organisée de la CPMN en Vaucluse, et elle nous accueilli à bras ouverts. Une cinquantaine d’entrepreneurs de secteurs d’activité variés étaient venus pour voir, entendre et surtout comprendre en quoi la médiation professionnelle est un levier de croissance de l’entreprise.

Edith Delbreil, avocate et médiateure, a introduit la soirée. Revenant sur son parcours, elle nous précise qu’ayant suivi une formation il y a quelques années en médiation, et suivant actuellement la formation à l’EPMN, elle prend conscience aujourd’hui de ce que veut dire médiateur professionnel au travers de la formation CAP’M. Elle s’est donc tout naturellement impliquée pour partager ce retour d’expérience.

Michel Thérin, correspondant local de la CPMN, a fait le tour des organisations et des spécificités de chacune, l’action que leurs complémentarités permet au service de la liberté de décision, s’appuyant ainsi sur l’article 1 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Jérôme Messinguiral, secrétaire général de ViaMédiation, formateur au modèle SIC®, est intervenu pour recontextualiser la médiation professionnelle, ses fondements, l’approche rationnelle et scientifique des relations et comment, partant de ses fondements, l’ingénierie relationnelle développée par la médiation professionnelle permet d’intervenir quelle que soit la difficulté relationnelle afin de rétablir, d’établir ou d’implémenter la confiance et la qualité relationnelle pour que le projet commun puisse être mené librement et de manière opérationnelle.

Gaétane Catalano et Gérard Thiel ont mis en scène des instants de vie en entreprises qui font apparaitre des relations dégradées, permettant à chacun et chacune d’identifier des éléments de leurs propres histoires. Ils ont ensuite développé comment, en entreprise, les outils individuels confortent la qualité relationnelle globale et leur action sur le projet commun d’entreprise, jouant le rôle de levier de croissance.

Au cours de ces exposés, de nombreuses prises de paroles ont permis de répondre à des questions très précises, des situations vécues et des témoignages. L’un des chefs d’entreprises, qui au bout de 40 ans à la tête d’entreprise, nous confie qu’il n’a eu que 2 conflits, et que ces conflits avaient été exacerbés par les syndicats. Il regrette que nous n’intervenions pas en amont pour accompagner ce genre de situation. Il aurait trouvé en 2016, année consacrée au dialogue social, avec l’événement majeur de l’année, le symposium de Lyon, les réponses dont il aurait eu besoin.

Tirage au sort par le directeur régional du BNI surveillé par Edith Delbreil

Trois chefs d’entreprises ont eu la surprise de gagner le passage et le débriefing de leur étude SIC® personnelle par les 3 mousquetaires du Vaucluse, ces études permettent de faire un état des lieux des potentiels relationnels et de transférer des outils d’amélioration de la qualité relationnelle, tant pour soi que pour les messages que chacun transmet dans tous les domaines de sa vie.

Impossible, après plus de deux heures d’échanges, de partages et d’émulation de partir sans boire tous ensemble quelques eaux fortes et déguster un buffet.

Cavaillon, qui n’a pas réservé aux médiateurs professionnels l’accueil réservé à Léon Gambetta le 28 février 1876, devient donc une ville étape de la décennie de la médiation professionnelle, porteuse de l’avènement du droit à la médiation.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz