Le confinement et ses catastrophes relationnelles

0
541

Depuis le confinement imposé par notre gouvernement, il ne se passe pas un jour sans que nous puissions lire dans la presse, des faits divers du genre :

  • « la musique trop forte du voisin aura poussé le policier à descendre voir ce dernier. Le voisin aurait brandi un couteau et l’aurait traité de fdp. Il est 23h30 »
  • « parce qu’il ne supportait pas le brûlot de son voisin, un homme a frappé celui-ci d’un nerf de bœuf »
  • « un septuagénaire tué par son voisin à la suite d’un différend futile »
  • « Gard : il essaie d’étrangler sa mère et menace le voisin avec une fourche »
  • « Ajaccio : il tire en l’air, excédé par le bruit de sa voisine d’un étage supérieur »
  • « Montpellier : il vient se plaindre du bruit, son voisin lui donne un coup de matraque »
  • « Limoges : une femme enceinte et son compagnon agressés par des voisins pour un café renversé »

Ou encore :

  • « Voisins-le-Bretonneux, deux enfants de 10 et 16 ans ont découvert le corps sans vie de leur mère, gisant sur le sol de la cuisine, dans leur habitation »
  • « Gleizé : un habitant a été réveillé par des bruits. Il s’agissait de ses voisins, un père et son fils, qui parlaient très fort, visiblement passablement éméchés…en fait, le père menaçait son fils avec un fusil et lui demandait d’entrer dans le coffre de sa voiture. »
  • « prévenus par un voisin, les policiers mettent fin à des violences conjugales à Verquin».
  • « Nevers : il frappe sa compagne, mord son voisin et crache au visage d’un gendarme en lui criant qu’il a le Covid-19 »

Et… ce n’est qu’un échantillon…

Ces personnes tiendront approximativement les mêmes propos devant leurs juges. Par exemple, à Blois, un condamné à 10 mois de prison, pour avoir agressé son voisin et qui dira au tribunal : « à force d’exaspération, j’ai perdu le sens de l’essentiel»…

Ces mots raisonnent dans ma tête… ils sont lâchés dans leur plus simple expression. « A force d’exaspération ». C’est dit. Logiquement, n’est-ce pas, rationnellement, cette expression même doit arriver à notre conscience. Elle met en mot la motivation fondamentale. Elle doit nous faire prendre conscience de ce qui motive les personnes : l’émotion. Pas le cœur, pas la mauvaise intention, pas le mal en soi, pas la délinquance intrinsèque, mais l’émotion incontrôlée parce qu’incontrôlable.

C’est clair. C’est pourtant la même source émotionnelle qui crée toute relation. Mais elle peut tout aussi bien susciter, puis alimenter le conflit au point que plus rien n’est contrôlable. Même s’il reste cette once de conscience qui navigue sur un cortex en perdition.

Or, je vais peut-être vous révéler quelque chose qui risque de vous déplaire : la dimension émotionnelle se voit à travers tout ce qui dégrade la relation, c’est un fait mais … ce qui dégrade la relation, c’est en définitive notre manière d’être en relation avec les informations qui nous sont adressées ; lorsque je parle d’informations, cela peut être les actes, les paroles de l’autre, votre interlocuteur ou pas.

Nous pouvons même conclure, en prenant du recul, que notre manière de fonctionner nous amène inévitablement à avoir une relation à la réalité qui est de type interprété. On interprète tout le temps et à tout moment ! même lorsque l’on nous demande si nous avons le journal du jour, nous interprétons que la personne qui formule cette question, veut ledit journal !

Quand c’est positif, tout va bien, car c’est agréable ou à tout le moins neutre. Mais dans les formulations négatives, le potentiel de conflit se répand…

Voyez que les informations en tant que telles n’y sont pour rien. Tout est fonction de votre perception, sachant que celle-ci n’est peut-être pas partagée. L’autre n’a peut-être même pas conscience, tout comme vous-même, de cette différence.

Imaginez un face à face entre deux individus se disputant, l’un voyant un 6 et l’autre voyant un 9…

Travailler sur la relation, les dynamiques conflictuelles, c’est le savoir-faire des Médiateurs Professionnels de la CPMN. Cette compétence exclusive repose sur l’Ingénierie Relationnelle. Jusque-là personne n’avait imaginé que rationaliser les émotions était possible ; la Médiation Professionnelle l’a fait. Elle utilise des processus structurés, elle permet d’accompagner toute personne vers la voie de la rationalité.

Devenir libre de ses émotions, parvenir à comprendre, qui au sens étymologique signifie avoir prise, ce qu’est une relation, quels sont les facteurs de dégradation, comprendre comment chacun communique au sens plein du terme, tout ceci est à votre portée. La conséquence directe sera que vous serez maître de votre vie, de vos décisions, et ceci hors de tout système d’autorité.

Bagger Vance, ce célèbre caddy québécois dont le nom peut vous être familier si vous pratiquez le golf, ou si êtes cinéphile et aimez Will Smith et Matt Damon, avez déclaré : « un homme prend son club en main exactement comme il prend son destin en main », alors… subir ou choisir, c’est vous qui décidez !