La grenouille et le scorpion

0
323

L'art de la métaphore au service de l'art de la médiation professionnelle.

Dans une médiation, la mission principale du médiateur professionnel est d’amener les personnes vers une dynamique de réflexion pilotée par la raison.

Alors, pour en arriver à favoriser l’usage de la rationalité, le médiateur doit accompagner une réflexion sur ce qui alimente l’émotionalité. Il interfère sur le doute émotionnel.

Lorsque les parties sont crispées, il peut sortir de sa boîte à outils des métaphores spécifiques pour détendre l’atmosphère et permettre à la rationnalité de refaire surface sans qu’elle soit “pilotée” par l’émotion.

Voici donc une métaphore batracienne pour faire réfléchir à la notion de fatalisme dans le comportement. C’est l’illustration des personnes qui se disent dans l’incapacité de changer leurs manières d’être, de faire, ou de dire les choses. C’est ce que nous appelons le fatalisme fonctionnel.

Un jour, une grenouille rencontre un scorpion sur les berges d’une rivière. Celui-ci, voulant la traverser mais ne sachant pas nager, demande à la grenouille de le prendre sur son dos. Celle-ci refuse d’abord, craignant que le scorpion ne la pique, mais il la fait réfléchir sur son objectif de traverser la rivière. Il ne va pas la piquer puisqu’il ne sait pas nager. Elle se range à cet argument, le prend sur son dos et commence à traverser la rivière. A mi chemin, elle sent la piqûre du scorpion rentrer dans son dos, et le venin commencer à paralyser rapidement ses membres. Elle lui dit :

– “Mais, scorpion, tu m’as piqué alors que tu ne sais pas nager, nous allons couler et mourir tout les deux!?!

– “Oui, je sais, mais c’est plus fort que moi, c’est dans ma nature” répond le scorpion…

Jean-Bruno Chantraine est Médiateur Professionnel. Depuis plusieurs années, il intervient dans des situations relationnelles très dégradées, parfois à grands risques où la menace, l’affrontement, et même la violence sont des composantes. Il nous propose ici une série d’enregistrements de sa chronique sur Sud FM