Médiateure des collectivités, une professionnelle.

Médiateure des collectivités, une professionnelle.

Logo-EPMN-Médiateurs-AssociésLa médiateure professionnelle interne du conseil départemental du Puy de Dôme

Christine Chavenon est experte et référente pour la prévention et la prise en compte des risques de souffrances physiques et mentales dans la collectivité au service Prévention des Risques Professionnels de la DGRH. Par ailleurs, depuis octobre 2014, elle est médiateure professionnelle interne, après huit mois de formation à l’école de la Médiation et de la Négociation dont le siège est à Bordeaux (EPMN).

 

Si la gestion des risques psychosociaux amène Christine Chavenon  à traiter du psychosocio-organisationnel, dans ce nouveau rôle de médiateure professionnelle interne elle est en charge du risque relationnel. La médiation professionnelle peut intervenir sur demande d’un agent, d’un hiérarchique ou de tout autre acteur de la collectivité, le but étant de résoudre un désaccord, un litige, un conflit tout autre problème relationnel dans un service.

Pour qu’une médiation professionnelle soit mise en place, elle effectue une première rencontre avec la personne concernée afin  de connaitre réellement la situation. Tous les protagonistes sont ensuite rencontrés individuellement, sur le lieu de travail, avant l’instauration d’une ou plusieurs réunions collectives. L’objectif final est de permettre aux parties de trouver un accord pérenne à la problématique existante.

Prise en compte de la légitimité des points de vue de chacun. Je suis là pour essayer de placer chaque agent face à sa propre part de responsabilitémacaron de la CPMN

Christine Chavenon se définit comme « l’acteur principal de la reconnaissance de toutes les parties ». Pour remplir pleinement son rôle de médiateure professionnelle interne, elle doit faire montre de trois qualités indispensables à tout médiateur professionnel, « la neutralité, l’impartialité et l’indépendance ». Ces trois éléments de posture sont identifiés dans le Code d’Ethique et de Déontologie de la Médiation (CODEOME) que tout médiateur professionnel s’engage à respecter quand il est membre de la CPMN (Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation).

Ce qui lui plait dans l’exercice de cette mission : «C’est la prise en compte de la légitimité des points de vue de chacun. Je suis là pour essayer de placer chaque agent face à sa propre part de responsabilité. » Le médiateur professionnel agit comme un tiers facilitateur et ne représente pas un troisième point de vue. Il est là pour amener les protagonistes à communiquer de manière acceptable, à exprimer et entendre les faits, les ressentis, les besoins et les intérêts de chacun pour ensuite les accompagner dans la recherche et l’élaboration de la solution.

 

■ « Un travail de précision très valorisant »

 

La médiation professionnelle, comme aime à le dire Christine Chavenon, est « un vrai travail de précision ». En effet, entre la première rencontre et l’aboutissement à un accord final entre toutes les parties, cela peut prendre plusieurs semaines. Cette durée s’avère plutôt bénéfique, puisqu’elle donne aux personnes un temps de maturation nécessaire « pour réfléchir sur la situation avec un autre angle de vue ».

La médiation professionnelle : un vrai travail de précision

Selon Christine Chavenon, la médiation professionnelle est une mission qui permet de « prendre en compte tous les points de vue avec différentes valeurs. » Elle se félicite que la collectivité permette cette démarche de prise en compte du risque relationnel, qui selon elle, passe avant même les risques psychosociaux car « un bon relationnel permet de mieux supporter des conditions organisationnelles qui ne seraient pas optimales, pour ensuite pouvoir mieux les traiter, puisque le relationnel n’est plus bloquant. »

Il y avait un réel besoin d’une interface médiatrice, entre agents ou entre agent et collectivité, qui permette l’amélioration relationnelle et un travail fondé sur la recherche d’accord. De plus, Christine Chavenon insiste sur le fait que « le médiateur professionnel reste un accompagnateur. C’est aux personnes concernées de faire les ajustements nécessaires pour mettre fin aux situations compliquées. »

Tout commence par une convention éthique , un engagement sur la voie de la médiation logo-Viamediation-petit

Christine Chavenon

Médiateure professionnelle interne

Vous êtes une collectivité, un conseil départemental, une région ou salarié et vous souhaitez qu’un médiateur professionnel interne ou une service de médiation professionnelle interne soit mis en place, l’EPMN vous accompagne pour transformer votre projet en réalité avec le DMPI© (dispositif de médiation professionnelle interne). Tout commence par une convention éthique , un engagement sur la voie de la médiation.

Devenez médiateur professionnel interne.

Texte issu du magazine interne du conseil départemental du Puy de Dôme KiCTou du 30 juin 2015

Jérôme Messinguiral

Jérôme Messinguiral

Médiateur professionnel, chargé de communication de la médiation professionnelle (EPMN - CPMN - ViaMédiation) Secrétaire Général de ViaMédiation


Mot-clés associés à cet article :
conseil départementalDMPIPuy de Dômerisque relationnel

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar

wpDiscuz